Accueil

Grand Baromètre: Bruxelles et la Wallonie se différencient de plus en plus

Notre Grand Baromètre confirme les tendances des élections communales d’octobre. Mais, à une semaine du scrutin, le nombre d’indécis reste très élevé.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 2 min

A une semaine des élections, les grandes tendances révélées lors du scrutin communal semblent se confirmer : en Wallonie, le PS resterait dominant, devant le MR. Et à Bruxelles, Ecolo arriverait (largement) en tête, devant les socialistes et les libéraux.

Si ces tendances de notre Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-VTM-Het Laatste Nieuws se confirment, on assisterait à une différenciation des paysages politiques wallon et bruxellois, déjà amorcée le 14 octobre. En Wallonie, les deux partis dominants de 2014 seraient encore les premiers en 2019, quoiqu’en perdant quelques plumes. Mais à Bruxelles, le classement de tête évoluerait fortement, puisque les écologistes, qui n’étaient que la quatrième formation, seraient désormais en tête. Et ses deux poursuivants arriveraient dans le même ordre que 2014, mais fortement affaiblis : le PS et le MR perdent tous deux 7,6 points. Juste dernière, Défi gagnerait quelques points (2,6).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Vareltzis Stéphane, dimanche 19 mai 2019, 14:14

    La démocratie belge et européenne a ses limites. Elle doit se rénover. La campagne n'a pas permis de vérifier que le personnel politique a compris l'évolution des attentes citoyennes. Cela reste très dual, clivant et peu constructif et visionnaire. Idée: au lieu de voter pour des partis à travers des listes, des candidats et inversement pourquoi ne pas répondre à une dizaine/vingtaine/trentaine de questions 'pour ou contre' selon le niveau auquel le scrutin attribue des responsabilités. Les médias ont largement contribué au listage de ces thèmes au travers des questionnaires qui associent les réponses aux partis qui se rapprochent le plus de par leur programme. Les lendemains de votes ? Chaque parti 'shifte' le verdict et est méconnaissable quant à son attitude 48h plus tôt. Le résultat contraint le personnel politique à appliquer le résultat majoritaire qui ressort pour chaque thème. Les élus deviennent donc des administrés qui mettent en oeuvre le souhait citoyen. Les partis sont appelés à disparaître au profit d'une administration publique qui applique le résultat de chaque question/thème. Les élections sont donc l'équivalent d'un méga référendum réaliste. La légitimé ne sera plus prise en otage par des personnes et leur parti mais par le verdict de chaque thème.

  • Posté par Bayens Remi, dimanche 19 mai 2019, 12:12

    Tout le monde se muscle avant les élections. Le débat tourne autour des taxes et impôts: est ce que l'argent rentre bien et comment réaliser. Personne ne parle de l'utilisation de cette manne. Aucun des candidats ne parlent de cela. Je pense que le problème se pose là. Ils sont pleins de projets et de mirages. Tout ce que l'électeur demande est du travail et éviter des gaspillages et des frais somptuaires. Je suis pensionné et par prudence j'ai toujours été économe. Maintenant on vient nous le reprocher. Notre patrimoine, nous n'avons hérité de rien à part la valeur du travail, sans tenir compte des heures, des vacances etc, tout ce nous avons c'est par le travail lourdement taxé, maintenant on veut nous l'enlever. En gérant notre patrimoine en bon père de famille, nous sommes punis.

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs