Thomas Meunier dans le flou sur son avenir au PSG: «Je n’ai rien de clair, que ce soit vis-à-vis du club ou de moi» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Thomas Meunier a-t-il joué son dernier match avec le Paris Saint-Germain ce dimanche lors de la dernière journée de Ligue 1 face à Dijon ? C’est une question que beaucoup d’observateurs se posent. Un journaliste de Canal+ a donc profité des célébrations du titre de champion de France pour interroger le Diable rouge à ce sujet.

« Je n’ai rien de clair en fait », expliquer Meunier « Que ce soit vis-à-vis du club, vis-à-vis de moi… Les gens se renseignent à droite à gauche. Il me reste un an de contrat. Le club connaît ma position. J’ai toujours dit que je voulais rester. Après, est-ce que je conviens, est-ce que je ne conviens pas, veulent-ils changer un peu le cycle parisien ? Rien n’est très clair pour l’instant. On va voir comment ça se passe, je pense qu’on aura des nouvelles pendant les vacances. »

Si l’avenir du Belge venait à s’assombrir du côté de Paris, d’autres clubs seraient déjà sur les rangs pour s’attacher ses services et notamment la Juventus d’après les informations de Tuttosport.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite