Vincent Kompany de retour à Anderlecht comme «joueur-entraîneur»

©Photonews
©Photonews

Vincent Kompany fait son retour à Anderlecht. Le défenseur belge de 33 ans, qui avait annoncé dimanche matin son départ de Manchester City, a indiqué dimanche midi via sa page Facebook qu’il allait devenir joueur-entraîneur à Anderlecht pour les trois prochaines années.

Vincent Kompany a été formé à Anderlecht, où il a débuté en équipe première à l’âge de 17 ans. Il a quitté le Sporting pour Hambourg en 2006 et était arrivé à Manchester City en 2008.

« Cela peut vous surprendre », déclare Vincent Kompany dans une lettre ouverte publiée en deux parties sur sa page Facebook. Dans la première partie, il a annoncé son départ de Manchester City. Deux heures plus tard, il surprenait tout son monde en annonçant son retour à Anderlecht. « C’est la décision la plus passionnelle et la plus rationnelle que j’ai jamais prise ». « En tant que footballeur, je suis né et j’ai grandi au RSC Anderlecht », poursuit le Soulier d’Or 2004. « Depuis l’âge de six ans, je n’ai fait qu’un avec ce club, incomparable avec ses 34 titres de champion ».

Vincent Kompany explique que les premiers contacts avec Marc Coucke et Michael Verschueren, président et directeur sportif du RSCA, datent de l’année dernière. « Je me suis arrêté au centre d’entraînement alors que je rejoignais la sélection nationale l’année passée. Juste pour dire bonjour. Marck Coucke et Michael Verschueren m’ont demandé mon avis sur la situation difficile du club. J’ai fait part de mes pensées et j’ai écouté leur vision pour le futur : ambitieuse, courageuse et déterminés à redevenir numéro 1. J’ai offert mon aide, sans condition, s’ils en avaient besoin. Plus tard dans la saison, le nouveau directeur technique Frank Arnesen a rejoint le club et nous avons organisé plusieurs réunions techniques sur comment construire une forte identité basée sur un football offensif et attractif. Le RSCA a traditionnellement de fantastiques jeunes. On peut dire qu’ils ont le passé et l’avenir, mais qu’ils luttent avec le présent ».

« J’ai reçu un appel du RSC Anderlecht il n’y a pas si longtemps », poursuit ’Vince the Prince’. « De manière assez inattendue, ils m’ont proposé le poste de joueur-manager. Michael et Frank m’ont expliqué en détail comment ils voyaient cela en pratique. Ils y avaient longuement réfléchi. M.Coucke a promis un soutien total : temps, budget, cadre de travail, staff, installations… Je n’étais pas seulement impressionné, mais aussi intrigué par ces marques de confiance en moi. Cela m’a fait réfléchir. [...] Pep Guardiola a ravivé mon amour pour le jeu. J’ai vu, j’ai participé, analysé, absorbé, étudié. Manchester City joue le football que je veux jouer, que je veux enseigner et voir joué. J’ai décidé de relever le challenge et de devenir joueur-manager du RSC Anderlecht. Je veux partager mes connaissances avec les prochaines générations mauves », poursuit Vincent Kompany, qui conclut sa lettre ouverte par un message bilingue aux supporters du Sporting : « Et pour les Mauves, voor alle Anderlecht fans : tot binnenkort, à très bientôt ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

  2. 494162 (2)

    Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

  3. Mark Hofmann en 1984.

    Simon Worrall: «Mark Hofmann était un génie des fake news»

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    D’inquiétants incidents se multiplient dans le Golfe. Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump ont promptement pointé un...

    Lire la suite