Playoffs 1: le Standard sauve sa troisième place, Anderlecht pas qualifié pour l'Europe

Playoffs 1: le Standard sauve sa troisième place, Anderlecht pas qualifié pour l'Europe
Photo News

On ne sait pas encore tout, mais presque, après les trois matches de la 10e et dernière journée du playoff 1 de la Jupiler Pro League de football, disputée dimanche. On savait déjà que Genk est le champion et Bruges, le vice-champion. On sait à présent que le Standard, qui n’a pas plié à la Luminus Arena (0-0), conserve la troisième place, et empoche par conséquent le ticket pour le troisième et avant-dernier tour préliminaire de l’Europa League. L’Antwerp, battu 3-2 à Bruges, où il menait encore à un quart d’heure de la fin, est quatrième, et affrontera Courtrai ou Charleroi le dimanche 26 mai, ticket pour le deuxième tour préliminaire de l’Europa League en jeu. Enfin La Gantoise qui a battu Anderlecht, son rival pour la cinquième place, 2-1, la conserve, et profitera de la probable exclusion de Malines, son bourreau en finale de la Coupe de Belgique (2-1), pour se retrouver au deuxième tour préliminaire. Auquel cas le Standard sera directement intégré à la phase de poules.

Considéré comme une forteresse imprenable, du moins quand c’est le Club Bruges qui s’y produit, le Jan Breydel Stadion a néanmoins failli tomber.

Tout avait pourtant très bien commencé pour l’équipe locale, Lois Openda ouvrant le score sur un service d’Hans Vanaken dès la 4e minute (1-0).

Mais le match a basculé en deuxième mi-temps, avec l’entrée au jeu de Lior Refaelov à la place de Sambou Yatabaré.

Amara Baby a en effet d’abord égalisé de la tête sur un centre de Didier Lamkel Zé à la 53e (1-1), avant de servir Dieumerci Mbokani, qui a donné l’avantage aux Anversois à la 57e (1-2).

Le dernier quart d’heure allait cependant permettre au Club Bruges de reprendre les trois points en jeu.

Jelle Vossen, sur penalty (hands de Daniel Opare), a en effet d’abord remis les deux équipes à égalité à la 77e (2-2), puis Openda a définitivement assuré la place du Standard sur la troisième marche du podium final, en ponctuant une phase très bien construite par les souliers d’or Vanaken et Ruud Vormer à la 88e (3-2).

On peut imaginer que s’il a suivi la rencontre, Vincent Kompany a peu apprécié l’entame d’Anderlecht à La Gantoise.

La défense des mauves n’a en effet pas pu empêcher Alexander Sörloth de se présenter seul devant Thomas Didillon dès la 1e minute.

Ni Giorgi Kvilitaia d’envoyer au fond des filets, le ballon que le gardien avait réussi à repousser lors de sa sortie dans les pieds du Norvégien (1-0).

Yannick Bolasie a égalisé à la 73e, en reprenant victorieusement un centre d’Alexis Saelemaekers (1-1).

Mais Jonathan David a redonné l’avantage aux Buffalos 3 minutes plus tard (2-1, score final).

Ainsi s’écroulait définitivement le rêve européen d’Anderlecht, qui termine sixième et dernier de ce playoff 1.

C’est la première fois en 56 ans qu’il ne sera pas concerné par le tirage au sort des compétitions européennes.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite