20 km de Bruxelles: la Croix-Rouge a pris en charge 389 coureurs

©EPA
©EPA

La Croix-Rouge a pris en charge 389 coureurs lors de la 40e édition des 20 km de Bruxelles, dont 134 à l’arrivée. Ce nombre d’incidents est nettement moins élevé que la moyenne des autres années, a déclaré le porte-parole de l’organisation, Rafael Schmidt. « Nous avons traité une personne avec des problèmes cardiaques. Mais le patient était déjà conscient lorsqu’il était dans l’ambulance », a-t-il encore ajouté.

« Nous avons compté en moyenne 600 personnes soignées au cours des dernières années. Nous en dénombrons environ deux tiers cette année », a déclaré le porte-parole de la Croix-Rouge. « Il en va de même pour les personnes qui ont été transférées à l’hôpital. Les autres années, il y en avait environ 12 ou 13, contre 9 cette année. »

40.000 personnes ont pris part à la course (photos et vidéos)

De nombreuses personnes ont eu besoin de pansements à la suite d’une chute. D’autres coureurs ont été soignés pour des douleurs musculaires ou des crampes.

« Cette édition a été très calme (au niveau du nombre d’incidents). La météo a certainement joué un rôle », a conclu Rafael Schmidt.

Les 20km de Bruxelles en images

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le message du président Prévot est clair
: «
Le CDH n’a pas vocation à être le porteur d’eau d’autres partis pour régler leurs difficultés
».

    Négociations gouvernementales: pression sur le CDH qui ne veut pas craquer

  2. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  3. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite