Grand Baromètre: Di Rupo, candidat Premier ministre préféré des francophones

Dans cet article
© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir
© Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

Elio Di Rupo est la personnalité politique que les francophones choisissent de préférence comme futur Premier ministre. C’est l’une des leçons du Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-VTM-Het Laatste Nieuws. Un choix qui s’inscrit dans la logique des intentions de vote puisqu’on constatait une progression notable du PS en Wallonie et à Bruxelles par rapport aux derniers sondages.

La campagne pour les élections régionales, fédérales et européennes du 26 mai a été marquée par le fait que plusieurs personnalités se sont portées officiellement candidates au poste de Premier ministre. Le Soir a donc proposé cinq noms (Jan Jambon, Elio Di Rupo, Wouter Beke, Charles Michel et Kristof Calvo). Celui qui arrive en tête à l’échelle du pays est Jan Jambon (N-VA) avec 29 %. Un score qui monte à 39 % en Flandre.

Une popularité inversement proportionnelle, côté francophone, à celle d’Elio Di Rupo. Le président du parti socialiste, qui a déjà été Premier ministre de 2011 à 2014, récolte le plus de suffrages. 36 % des Wallons le verraient bien de retour au Seize.

Les Bruxellois sont plus partagés sur la question. Si 28 % ont choisi « Elio Di Rupo », il n’a que quelques points d’avance sur Charles Michel (24 %) et Kristof Calvo (23 %). L’écologiste flamand est moins populaire sur ses terres puisqu’il obtient un petit score de 14 % en Flandre.

On conclura sur le manque d’engouement de la population pour un maintien de Charles Michel au poste qu’il occupe encore pour quelques jours. Flamands (surtout) et francophones semblent s’accorder sur le fait qu’ils préféreraient avoir un nouveau Premier ministre.

La méthodologie

Cette vague de 2.522 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 1.000 en Wallonie, 1.003 en Flandre et 519 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 6 au 14 mai 2019. Précisons que l’échantillon a été pondéré depuis les élections de 2014, et une nouvelle fois après le scrutin provincial.

Les interviews ont eu lieu en ligne.

La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de ± 3,1 en Wallonie et en Flandre et de ± 4,3 à Bruxelles.

Affiliations : ESOMAR, Consumer Understanding Belgium.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite