Elections 2019: les jeunes femmes politiques cyberharcelées

Elections 2019: les jeunes femmes politiques cyberharcelées

Le cyberharcèlement fait rage à l’encontre des jeunes femmes politiques, relève lundi La Libre Belgique, se basant sur différents témoignages. Ces candidates sont attaquées non pas à cause de leur positionnement politique ou des idéologies qu’elles défendent, mais parce qu’elles sont femmes.

La Libre publie le témoignage de cinq candidates de partis politiques différents. Toutes sont attaquées très régulièrement sur les réseaux sociaux, que ce soit par menaces de mort, de viol, des propositions indécentes, des insultes quotidiennes, de harcèlement sexuel...

Hors de la sphère légale

L’Institut pour l’égalité des hommes et des femmes a été saisi pour plusieurs cas, mais les victimes n’ont pas pu obtenir justice. En effet, il s’agit souvent de messages privés, or la loi sexisme ne s’applique qu’à sphère publique.

Au-delà du cadre politique, les plaintes contre le cyberharcèlement oscillent entre 10.000 et 5.000 depuis une dizaine d’années, selon les statistiques de la police. En 2018, 3.853 plaintes ont été enregistrées durant le premier semestre. Pour 1.110 faits, au moins un suspect a été identifié: 82,3 % sont des hommes et 95,4% sont majeurs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite