Emir Kir diffuse un tract électoral en turc à relents communautaristes

Emir Kir, le bourgmestre de Saint-Josse © Le Soir/Sylvain Piraux
Emir Kir, le bourgmestre de Saint-Josse © Le Soir/Sylvain Piraux

Un tract électoral rédigé par Emi Kir, le bourgmestre de Saint-Josse et 3e candidat à la Chambre sur la liste PS, fait beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux, révèle Sudpresse.

Ce tract rédigé en langue turque et que nous avons fait traduire pointe la politique mise en place par le gouvernement fédéral ces dernières années.

« Pendant 5 ans, j’ai été témoin du massacre de ce gouvernement populiste de droite. », lit-on dans le tract. « Ce gouvernement a voulu entrer de manière illégale dans les maisons. Il a pointé du doigt les Musulmans sous prétexte de terrorisme et a organisé des opérations à plusieurs endroits », explique aussi le bourgmestre de Saint-Josse.

Et le tract aussi de revenir sur l’interdiction de l’abattage rituel : « Ils veulent apporter partout l’interdiction de l’abattage rituel que nous sommes parvenus à empêcher à Bruxelles ».

Eren Guven, chef de groupe MR au conseil communal de Jette, a réagi sur twitter au nom de son parti

« Le MR qualifie ce tract de ‘communautariste et clientéliste’»

La semaine dernière un tract rédigé par Ecolo a mis en avant-plan le communautaire dans la campagne électorale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite