Grand Baromètre: Clerfayt et Nollet candidats préférés pour être ministre-président à Bruxelles et en Wallonie

Dans cet article

Jean-Marc Nollet (Ecolo) favori des Wallons

On savait qu’Ecolo avait le vent en poupe en Wallonie, mais pas au point de décrocher virtuellement la ministre-présidence. C’est pourtant ce qui ressort de notre Grand Baromètre. Alors qu’ils ne sont que troisième parti dans les intentions de vote au sud du pays, près d’un tiers des Wallons répondent « Jean-Marc Nollet » quand on leur demande qui ils souhaitent voir aux manettes du gouvernement régional.

On peut parler d’une petite surprise car la personnalité de l’écologiste est assez clivante. Jean-Marc Nollet semble en tout cas plaire davantage que le ministre sortant Jean-Claude Marcourt (PS), deuxième avec 20 %, loin derrière les 31 % de son concurrent écologiste.

L’actuel occupant de l’Elysette, Willy Borsus (MR), arrive sur la troisième marche du podium devant son ministre de l’Énergie et du Climat Jean-Luc Crucke (MR), à égalité avec le socialiste Pierre-Yves Dermagne.

Bernard Clerfayt (Défi) chouchou des Bruxellois

Rudi Vervoort (PS) va-t-il devoir préparer ses cartons ? Selon notre sondage, les Bruxellois lui préfèrent Bernard Clerfayt (Défi).

Le bourgmestre de Schaerbeek n’a d’ailleurs jamais caché ses ambitions en la matière. S’il est tête de liste pour son parti, c’est dans le but de diriger le futur gouvernement bruxellois. Mais attention, les trois autres noms soumis aux futurs électeurs se suivent dans un mouchoir de poche. Didier Reynders est deuxième à 26 %. Il paie peut-être le fait d’être simultanément tête de liste bruxelloise pour le MR au fédéral et candidat à la présidence du Conseil de l’Europe où il fait partie des favoris. Rudi Vervoort doit se content de la troisième place.

On notera enfin que malgré la pole position d’Ecolo dans la capitale au niveau des intentions de vote, Zakia Khattabi arrive en dernière position.

En Flandre, Hilde Crevits (CD&V) plutôt que Bart De Wever (N-VA)

Pendant une longue partie de la campagne, Bart De Wever (N-VA) était le seul candidat déclaré à la ministre-présidence. Il a été rejoint par la ministre de l’Enseignement sortante Hilde Crevits (CD&V), il y a quelques semaines.

On connaît bien le patron de la N-VA au sud du pays, moins la popularité de Hilde Crevits. La figure de proue et potentielle présidente du CD&V est pourtant préférée au bourgmestre d’Anvers par une majorité des répondants quand on leur demande qui il souhaite voir diriger le gouvernement flamand après les élections du 26 mai. L’écart est cependant assez faible puisque Hilde Crevits obtient 54 % contre 46 % pour Bart De Wever. Dans le détail, on voit qu’il a plus de supporters à la N-VA et au Vlaams Belang. Ceux qui se disent proches des autres partis préfèrent chaque fois majoritairement Hilde Crevits.

La méthodologie

Cette vague de 2.522 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 1.000 en Wallonie, 1.003 en Flandre et 519 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 6 au 14 mai 2019. Précisons que l’échantillon a été pondéré depuis les élections de 2014, et une nouvelle fois après le scrutin provincial.

Les interviews ont eu lieu en ligne.

La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de ± 3,1 en Wallonie et en Flandre et de ± 4,3 à Bruxelles.

Affiliations : ESOMAR, Consumer Understanding Belgium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous