Accueil Société Enseignement

Les écoles peinent à recruter des directeurs

Il est de plus en plus difficile de trouver des directeurs d’école, surtout dans le fondamental. La hausse exponentielle du travail administratif ne stimule guère les vocations.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Quand j’ai débuté dans ma fonction de directeur en 1993, le droit de l’enseignement tenait sur une étagère… Aujourd’hui, il faut trois ou quatre… armoires ! » L’image utilisée par Stéphane Vanoirbeck, directeur du service « pouvoirs organisateurs » (PO) du Segec (secrétariat général de l’enseignement catholique), en dit long sur l’intensification des tâches administratives qui touche les directeurs. Elle contribue aussi à expliquer pourquoi on ne se bouscule plus pour prendre le leadership d’une des 3.000 écoles actives sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Peut-on parler pour autant de pénurie ? Le secteur évoque plutôt une disette de candidats… variable d’un réseau à l’autre.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, mercredi 22 mai 2019, 2:00

    DEUX QUESTIONS : CONCRETEMENT 1) Quelles sont la justification et l'efficacité du travail administratif imposés aux directeurs mais aussi aux enseignants? L'administration prend le pas sur le pédagogique et va faire fuir de nombreux enseignants qui avaient la passion de former et non de remplir des dossiers inutiles, des commentaires sur le bulletins qui la plupart du temps sont des évidences que les parents ou connaissent ou ne comprennent pas! LES PARENTS NE COMPRENNENT QUE LES POINTS! !!Qu'est-ce cela leur apporte, par exemple, de savoir que leur enfant est en voie d'acquisition dans tel ou tel cours? C'est le cas de tout apprenant!!!La mission, noble des enseignants est de former des enfants et non remplir des dossiers inutiles! Partout et en tout l'administration à outrance DETRUIT! 2)Quel est le bénéfice pour les écoles d'avoir des instituteurs qui ont fait un master en pédagogie? Qu'est-ce que ce master apporte aux enfants? En quoi ces instituteurs sont-ils MEILLEURS???Beaucoup ,d'ailleurs, affirment l'avoir fait pour être au barème 501! La formation fondamentale que devrait dispenser le primaire ne pourra être sérieusement améliorée que si les enseignants maîtrisent ,en profondeur , les matières de base que sont les MATHS ET LE FRANçAIS.C'est loin d'être le cas pour la majorité des enseignants sortis ces 10 dernières années(en témoignent les parents!) et on n'ose imaginer ce que sera celui de ceux qui auront subi la réforme !!! Ce ne sont pas les cours de remplissage de pédagogie qui vont améliorer les compétences intrinsèques des individus : ce ne sont pas les trucs et les ficelles des pédagogues , qui sont de la culture générale, pour toute personne lettrée qui vont renforcer la MAÎTRISE du français et des MATHS de ces gens! La majorité des instituteurs et régents, qui font un master en pédagogie, le font essentiellement pour être au barème 501, barème des licenciés qui eux ont fait de VRAIES études universitaires en passant par les bacs! C'est à cela que l'on reconnaîtra la différence entre les VRAIS ET FAUX UNIVERSITAIRES .Il est incompréhensible que les universités aient accepté que des diplômés des HEP qui sont des études de niveau secondaire (je connais comme ex-étudiante et comme prof) puissent en faisant un "master" en pédagogie (simpliste!) être mis sur un pied d'égalité avec les étudiants qui ont franchi le cap exigeant et formateur des bacs! D'ailleurs, les HEP qui font un master en pédagogie et obtiennent un diplôme universitaire sont pour la plupart des personnes ayant été INCAPABLES de réussir les bacs! Ils sont des ratés des bacs! Le titre universitaire s'en trouve galvaudé! LAMENTABLE!!! DEVALORISANT POUR CEUX QUI ONT FAIT DES ETUDES UNIVERSITAIRES COMPLETES!

  • Posté par Lambert Guy, mardi 21 mai 2019, 13:04

    Je suis enseignant et je suis interpelé par les propos du SEGEC et repris sans analyse par le journaliste. Le SEGEC réclame les mêmes subsides que pour l'école publique. Comment osent-ils? Il s'agit bien d'un enseignement privé organisé par des PO privés dans des bâtiments privés. Nous sommes le seul pays au monde à financer à un tel niveau cet enseignement privé. On en arrive à penser que ce sont ces milliards de subsides qui rendent cette structure privée aussi gourmande et arrogante. Et pour ce qui est de 1 enfant = 1 enfant: oui! Tout à fait ....mais pour ce qui est des subsides, oui pour le public et non pour le privé. Au moins dans les autres pays, les écoles privées n'ont pas ce culot. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. En plus, nombre de ces écoles se veulent élitistes et pratiquent la discrimination sociale, veulent supprimer tout élément régulateur comme le décret inscription pour pouvoir choisir leurs élèves. On croit rêver.

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs