Grand Baromètre: 70% des Belges veulent autre chose que la suédoise

Grand Baromètre: 70% des Belges veulent autre chose que la suédoise

Fatalistes avant même d’être allés voter les Belges ? Un peu. Du moins si on se fie à notre Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-VTM-Het Laatste Nieuws. Quand on leur demande s’ils s’attendent à revivre 541 jours de crise comme entre 2010 et 2011, Flamands, Wallons et Bruxellois s’accordent parfaitement. La majorité de la population pense qu’on est reparti pour un tour avec les formateurs, négociateurs et autres inventions dont nos élus ont désormais le secret.

Les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

Ce n’est pourtant pas le souhait d’un Bart De Wever (N-VA) par exemple, qui compte bien ficeler un accord en Flandre le plus vite possible afin de mettre la pression sur le niveau fédéral où il se verrait bien reconduire la suédoise. Le hic, c’est que si les estimations de notre baromètre se confirment, cette coalition ne sera mathématiquement plus possible après le 26 mai, même avec l’appui du CDH. Qui de toute façon affirme partout qu’il n’est pas vraiment enthousiasmé par l’idée.

D’ailleurs les Belges ne sont pas intéressés non plus. 70 % considèrent qu’il « faut absolument quelque chose d’autre que la suédoise ». La formule convainc à peine plus de Flamands (33 % jugent qu’il faut la reconduire) que de Bruxellois (30 %) et encore moins les Wallons (23 %).

► Un gouvernement avant la fin de l’été ? Contre un premier N-VA. Pourquoi pas encore un francophone… certaines tendances se dégagent chez les électeurs. Retrouvez notre grand sondage sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le message du président Prévot est clair
: «
Le CDH n’a pas vocation à être le porteur d’eau d’autres partis pour régler leurs difficultés
».

    Négociations gouvernementales: pression sur le CDH qui ne veut pas craquer

  2. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  3. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite