Affaire Vincent Lambert: la cour d’appel de Paris ordonne la reprise des traitements

La mère de Vincent Lambert ©AFP
La mère de Vincent Lambert ©AFP

La cour d’appel de Paris, saisie par les parents de Vincent Lambert, a ordonné lundi soir le rétablissement des traitements visant à le maintenir en vie, interrompus depuis lundi matin, jusqu’à ce qu’un comité de l’ONU se prononce sur le fond de son dossier.

La cour « ordonne à l’Etat français (…) de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l’alimentation et l’hydratation » de Vincent Lambert, selon la décision consultée par l’AFP.

La mère de Vincent Lambert, Viviane, s’est félicitée de cette décision, y voyant «une très grande victoire». «On était en train d’éliminer Vincent ! C’est une très grande victoire ! Ils vont le réalimenter et lui redonner à boire. Pour une fois, je suis fière de la justice», a déclaré à l’AFP Mme Lambert, qui avait dénoncé l’arrêt des traitements de son fils, tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans. Son neveu François a lui, au contraire, dénoncé «du sadisme pur».

Les parents de Vincent Lambert, opposés à « l’arrêt des traitements » de leur fils, avaient saisi lundi le Conseil d’Etat, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) et la Cour d’appel de Paris pour demander le maintien des soins prodigués à leur fils, dont l’interruption avait été enclenchée le matin même. La CEDH avait rejeté cette requête.

Ses parents sont engagés depuis six ans dans une bataille juridique pour que leur fils soit considéré comme handicapé et maintenu en vie, tandis que son épouse, son neveu François et cinq de ses frères et sœurs veulent mettre fin à ce qu’ils considèrent comme un « acharnement thérapeutique ».

Ce lundi soir, des centaines de personnes défilaient à Paris pour réclamer « une grâce présidentielle ».

Macron estime qu’il ne lui « appartient pas de suspendre » l’arrêt des traitements

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite