Projets: City Dox, un quartier d’avenir

La plupart des appartements sont traversants et profitent d’une vue sur le canal.
La plupart des appartements sont traversants et profitent d’une vue sur le canal. - Georges De Kinder

Un terrain à grande échelle sur les berges du canal s’apprête à accueillir ce que l’on peut nommer « un quartier à part entière ». Celui-ci résulte de la construction de toutes pièces d’îlots de typologie classique. Un projet permis par la modification du Plan régional d’affectation du sol (Pras) autorisant la transformation des zones industrielles de Biestebroeck en zones d’entreprises en milieu urbain où se côtoieront activités productives et logements.

Un projet dans le projet

Le programme du projet conçu par « architectesassoc. » a pour leitmotiv de faire cohabiter logement et travail à travers un dialogue tant matériel que visuel. Pour ce qui est du prix de l’habitat, il se montre accessible, attirant beaucoup d’acquéreurs n’ayant pas les moyens d’acheter ailleurs. L’intéressé est principalement bruxellois, en couple, jeune parent et… premier acquéreur. Les investisseurs se font, eux, plus rares, mais pas pour autant absents.

Concernant les appartements, il y a une réelle volonté de la part des architectes de créer du lien entre intérieur et extérieur par le biais de terrasses de taille bien supérieure à ce que l’on a l’habitude d’observer à Bruxelles. Les appartements sont pour la grande majorité traversants, profitant à la fois d’une vue sur le futur parc et les berges du canal et d’une ouverture sur le jardin central à l’îlot, prolongeant l’impression d’espace depuis l’intérieur.

Aux 93 logements créés par « architectesassoc. » s’ajoutent des activités économiques. Côté boulevard, les services intégrés aux entreprises jouissent de la visibilité permise par le passage automobile. Ils occupent également l’ensemble du rez-de-chaussée du plateau, offrant des espaces avec une hauteur sous plafond de plus de 4 mètres. Les occupants ont dès lors la possibilité d’y installer des activités diverses. L’îlot en question accueille également une résidence permettant la création d’une diversité dans le profil des occupants.

Richesse urbanistique et architecturale

Du côté d’Atenor, on insiste sur la volonté d’intégrer l’espace public dans le projet qui se veut en dialogue constant avec celui-ci. Ici, plusieurs immeubles mitoyens forment une entité homogène. Malgré une densification du terrain construit à venir, les volumétries des différentes entités ont été imaginées pour fonctionner ensemble en maintenant les vues de chaque partie vers le canal.

Pour beaucoup, le canal joue le rôle de frontière, créant une fracture entre différents quartiers. Cette zone en est l’exception évidente. Les berges, très basses, offrent au promeneur un lien direct avec le cours d’eau, encadré d’espaces verts aux abords desquels sont installées quelques péniches. La mobilité à l’intérieur ainsi qu’en périphérie du quartier est maîtrisée. Elle se voudra douce, favorisant les déplacements à pied et à vélo.

Aux côtés de l’ensemble créé par « architectesassoc. », le projet dans son échelle globale sera le fruit de la cohabitation de différents bureaux d’architecture. « Architectesassoc. » dit avoir « joué davantage sur les décrochages de volumétrie que sur les matériaux ou les couleurs ». En ce qui concerne ces dernières, il est effectivement question de simplicité, l’ensemble arborant une robe blanche homogène. Pour l’ensemble du projet, il y a une volonté de travailler avec des architectes différents et que ces derniers puissent s’exprimer individuellement. L’importance du dialogue entre bureaux est claire, mais c’est également le cas avec les autorités et le maître architecte.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite