Projets: City Dox, un quartier d’avenir

La plupart des appartements sont traversants et profitent d’une vue sur le canal.
La plupart des appartements sont traversants et profitent d’une vue sur le canal. - Georges De Kinder

Un terrain à grande échelle sur les berges du canal s’apprête à accueillir ce que l’on peut nommer « un quartier à part entière ». Celui-ci résulte de la construction de toutes pièces d’îlots de typologie classique. Un projet permis par la modification du Plan régional d’affectation du sol (Pras) autorisant la transformation des zones industrielles de Biestebroeck en zones d’entreprises en milieu urbain où se côtoieront activités productives et logements.

Un projet dans le projet

Le programme du projet conçu par « architectesassoc. » a pour leitmotiv de faire cohabiter logement et travail à travers un dialogue tant matériel que visuel. Pour ce qui est du prix de l’habitat, il se montre accessible, attirant beaucoup d’acquéreurs n’ayant pas les moyens d’acheter ailleurs. L’intéressé est principalement bruxellois, en couple, jeune parent et… premier acquéreur. Les investisseurs se font, eux, plus rares, mais pas pour autant absents.

Concernant les appartements, il y a une réelle volonté de la part des architectes de créer du lien entre intérieur et extérieur par le biais de terrasses de taille bien supérieure à ce que l’on a l’habitude d’observer à Bruxelles. Les appartements sont pour la grande majorité traversants, profitant à la fois d’une vue sur le futur parc et les berges du canal et d’une ouverture sur le jardin central à l’îlot, prolongeant l’impression d’espace depuis l’intérieur.

Aux 93 logements créés par « architectesassoc. » s’ajoutent des activités économiques. Côté boulevard, les services intégrés aux entreprises jouissent de la visibilité permise par le passage automobile. Ils occupent également l’ensemble du rez-de-chaussée du plateau, offrant des espaces avec une hauteur sous plafond de plus de 4 mètres. Les occupants ont dès lors la possibilité d’y installer des activités diverses. L’îlot en question accueille également une résidence permettant la création d’une diversité dans le profil des occupants.

Richesse urbanistique et architecturale

Du côté d’Atenor, on insiste sur la volonté d’intégrer l’espace public dans le projet qui se veut en dialogue constant avec celui-ci. Ici, plusieurs immeubles mitoyens forment une entité homogène. Malgré une densification du terrain construit à venir, les volumétries des différentes entités ont été imaginées pour fonctionner ensemble en maintenant les vues de chaque partie vers le canal.

Pour beaucoup, le canal joue le rôle de frontière, créant une fracture entre différents quartiers. Cette zone en est l’exception évidente. Les berges, très basses, offrent au promeneur un lien direct avec le cours d’eau, encadré d’espaces verts aux abords desquels sont installées quelques péniches. La mobilité à l’intérieur ainsi qu’en périphérie du quartier est maîtrisée. Elle se voudra douce, favorisant les déplacements à pied et à vélo.

Aux côtés de l’ensemble créé par « architectesassoc. », le projet dans son échelle globale sera le fruit de la cohabitation de différents bureaux d’architecture. « Architectesassoc. » dit avoir « joué davantage sur les décrochages de volumétrie que sur les matériaux ou les couleurs ». En ce qui concerne ces dernières, il est effectivement question de simplicité, l’ensemble arborant une robe blanche homogène. Pour l’ensemble du projet, il y a une volonté de travailler avec des architectes différents et que ces derniers puissent s’exprimer individuellement. L’importance du dialogue entre bureaux est claire, mais c’est également le cas avec les autorités et le maître architecte.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec ce livre, Meghan et Harry ont bafoué le célèbre mode opératoire des Windsor.

    Quand Harry et Meghan règlent leurs comptes avec les Windsor par personnes interposées

  2. Daniel et Gisèle vivent dans la même rue, mais le Covid les a séparés durant trois mois, quand la maison de repos où réside Daniel a fermé ses portes.

    «Le virus de l’amour»: Gisèle et Daniel font de la résistance

  3. Les préformateurs Bart De Wever et Paul Magnette.

    Négociations fédérales: De Wever et Magnette relancent les verts avec une nouvelle note de travail

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Fragilité, humilité, collectivité

    Le 11 janvier dernier, il y a donc sept mois jour pour jour, la Chine enregistrait officiellement le premier décès dû au Covid. Deux mois plus tard, exactement, c’est la Belgique qui comptait son premier mort dans un hôpital bruxellois, le jour même où l’OMS déclarait que cette épidémie était en fait une pandémie.

    Sept mois, à peine, qui semblent une éternité tant nos vies ont changé depuis l’apparition de ce virus. Changé ? C’est le moins qu’on puisse écrire....

    Lire la suite