Andy Murray vise un retour à Wimbledon, mais en double

photo news
photo news

L’ancien numéro un mondial a en revanche quasiment exclu de pouvoir s’aligner en simple. « Les chances sont très minces » pour Wimbledon, mais « pour le double, c’est possible », a-t-il déclaré mardi au Times.

Le double vainqueur du Grand Chelem anglais, 32 ans, avait annoncé en janvier qu’il prendrait sans doute sa retraite après Wimbledon, en raison de ses douleurs récurrentes à la hanche. Mais il avait ensuite retrouvé un peu d’espoir, après une nouvelle opération qui l’a libéré de la douleur.

En mars, il avait déclaré qu’il aimerait « continuer à jouer » mais qu’il ne savait pas si cela était possible.

« Ce que j’avais dit avant, c’est que si je ne me sentais pas bien, il y avait de grandes chances que j’arrête après Wimbledon.

À l’inverse, si je vois que je me sens bien, il me semble plus logique de prendre mon temps pour être dans les meilleures conditions possibles avant de tenter de rejouer en simple », a ajouté le champion écossais.

Murray, retombé au 218e rang mondial en raison de son absence prolongée des courts, espère pouvoir suivre la même trajectoire que Bob Bryan, joueur de double américain qui a repris sa carrière après une opération similaire à la sienne.

« Je me sens vraiment mieux (…) Si je continue à aller bien, évidemment que je vais essayer de revenir en simple et voir ce qui se passe », a précisé le tennisman.

« Mais pour le double, je suis quasi-certain de pouvoir reprendre, au vu de ce qu’a accompli Bob Bryan. Quand je vois qu’il est revenu au quatrième ou troisième rang mondial en double, alors qu’il a neuf ans de plus que moi, pourquoi ne pourrais-je pas faire la même chose, voire même un peu plus ? », a expliqué Murray.

Le joueur britannique a jusqu’au 18 juin pour demander à bénéficier d’une invitation à Wimbledon. Il peut aussi demander à bénéficier d’un « classement protégé » en raison de sa blessure longue durée.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite