Accueil Sports Tennis Grands Chelems

Guy Forget: «David Goffin, il pique comme une abeille!»

Il est comme le directeur d’école qui s’apprête à sonner la rentrée des classes dans son école. À 54 ans, Guy Forget a pratiquement tout connu à Roland-Garros : enfant-rêveur, joueur puis capitaine, et désormais, directeur de tournoi, mais là, c’est particulier. Cela fait dix ans qu’on lui parle d’une mutation à la Porte d’Auteuil, d’un tournoi du Grand Chelem à la traîne. Et dimanche, il va lancer Roland-Garros dans l’ère du renouveau.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Guy Forget, le monde va découvrir, à partir de dimanche, un tout nouveau Roland-Garros en 2019, dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ?

On est fier évidemment de pouvoir présenter ce nouveau stade. En même temps, on aimerait qu’il soit totalement fini. Même si les équipes ont travaillé d’arrache-pied, on ne va pas le livrer dans son intégralité, malheureusement (NDLR : le fameux toit rétractable ne sera posé que pour la prochaine édition et certaine partie du stade resteront bien camouflées, cette année). Tout a été mis en œuvre pour que, lorsque les gens, le public et les joueurs vont arriver, ils aient presque l’impression que tout est terminé alors que ce n’est pas encore le cas…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Grands Chelems

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs