Accueil Économie Mobilité

Les aéroports et la Wallonie se rebellent contre Skeyes

Après les compagnies aériennes, les aéroports (Bruxelles, Charleroi, Liège) appellent la Justice pour garantir le trafic aérien. Demandes d’astreintes, d’indemnités au programme. Le ministre wallon confirme qu’il veut « contourner » le monopole de Skeyes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

On ne va pas dire que les foudres du ciel tombent sur la terre mais plutôt que les foudres wallonnes tombent sur les contrôleurs du ciel. Du moins sur Skeyes (ex-Belgocontrol), l’entreprise publique qui les dirige. Comme par enchantement, plusieurs acteurs et opérateurs aériens se sont mobilisés, ces dernières heures, seuls ou en groupe, pour introduire des actions en Justice afin de mettre un terme aux perturbations du trafic aérien en Belgique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Damoiseaux Frédéric, mardi 21 mai 2019, 19:08

    D'après l'article, l'Allemagne a pris des mesures de réduction de son espace aérien afin d'adapter la capacité de celui-ci au personnel disponible, afin de protéger ses contrôleurs aériens d'une surcharge de travail. Pourquoi skeyes, également en sous-effectif, refuse-t-elle de faire la même chose pour protéger ses contrôleurs ? Ce qui semble être demandé depuis longtemps par les contrôleurs. Cela aurait peut-être permis d'éviter tout ce gâchis !

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs