Festival de Cannes: Quentin Tarantino, Leonardo DiCaprio et Brad Pitt sur les marches (photos)

Festival de Cannes: Quentin Tarantino, Leonardo DiCaprio et Brad Pitt sur les marches (photos)

C’est LE film le plus attendu du festival. Les superstars Brad Pitt et Leonardo DiCaprio ont reçu un accueil triomphal à Cannes aux côtés de Quentin Tarantino, en venant présenter mardi «Once Upon a Time... in Hollywood», prétendant à la Palme d’or.

Dans ce long métrage de 2h45 filmé en 35 mm, qui se déroule à Los Angeles en 1969 en plein mouvement hippie, DiCaprio et Pitt incarnent respectivement Rick Dalton, un acteur de westerns télévisés, et Cliff Booth, sa doublure cascades. En quête de célébrité, ils ont pour voisine l’actrice Sharon Tate (Margot Robbie) et croisent la route d’autres stars telles Bruce Lee et Steve McQueen

Découvrez la bande-annonce du nouveau Tarantino

Avant de fouler le tapis rouge, les deux acteurs hollywoodiens se sont longuement livrés au jeu des selfies et des autographes avec les très nombreux fans massés derrière des barrières aux abords du tapis rouge, pour certains depuis le matin.

Les deux stars ont chacun eu quelques mots pour le réalisateur qui pour la première fois les réunit à l’écran, ainsi notamment que Margot Robbie, elle aussi sur le tapis rouge. «Quentin est l’un des derniers dans la grande tradition du cinéma», a salué DiCaprio. «Son film est une lettre d’amour à Hollywood, Los Angeles et au cinéma», pour Brad Pitt.

Cannes: l’émouvant hommage d’Angèle à Agnès Varda

« Cannes a changé ma vie »

Tarantino a lui rendu hommage au festival qui l’a lancé et lui a remis la Palme d’or il y a 25 ans pour «Pulp Fiction». «Cannes a changé ma vie. Je suis venu avec ’Reservoir Dogs’ (en 1992, ndlr) comme petit cinéaste indépendant et j’ai ensuite fait le tour du monde.»

L’équipe a été saluée par une longue salve d’applaudissements à son entrée dans la salle du Grand théâtre Lumière.

Après les premiers frissons ressentis en première semaine avec les montées des marches de Pedro Almodovar, Antonio Banderas et Penelope Cruz pour « Douleur et gloire », Elton John et Taron Egerton pour « Rocketman » ou encore Alain Delon pour sa Palme d’or d’honneur, celle de l’équipe de « Once Upon a Time… in Hollywood » font grimper la température de quelques degrés, sous un soleil de retour.

Retrouvez tous nos articles sur le festival de Cannes 2019

Leo ou Brad ?

Interrogé par la télé du festival avant de monter les marches sur sa préférence entre les deux beaux gosses du cinéma américain Leonardo DiCaprio et Brad Pitt, l’actrice française Elodie Fontan répond «à ce niveau là ça m’est égal!»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite