Accueil Société

Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Tout le monde, dans l’entourage de Valentin, a décrit un gamin qui ne souhaitait que de l’affection, de l’intérêt, de l’amitié.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La cour d’assises de Liège a terminé, ce mardi, l’audition des témoins de moralité de Valentin Vermeesch, torturé et tué, en mars 2017, par cinq jeunes qu’il prenait pour ses amis. La cour et les jurés ont ainsi fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée, dans la déshérence d’un gamin non désiré, qui a passé sa courte vie à essayer de se faire aimer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 22 mai 2019, 13:05

    Les "parents "peuvent aussi arrêter leur cirque ils sont responsables à la base encore des gens qu on aurait du castrer cela aurait évité beaucoup de malheurs

  • Posté par Vandersleyen Thomas, mercredi 22 mai 2019, 10:18

    Que sa pauvre existence et sa mort tragique servent au moins d'alarme pour notre système inadéquat à certaines personnes vulnérables, et trop laxiste pour tous les jeunes psychopathes au QI qui frise le 0.

  • Posté par MARTIN Roland, mardi 21 mai 2019, 22:07

    Pauvre brave gamin, quelle triste existence tu auras vécue.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs