Un Français de 23 ans condamné après une fausse alerte à la bombe: il ne voulait pas voir ses parents

© AFP
© AFP

L’auteur d’une fausse alerte à la bombe sur un vol EasyJet Lyon-Rennes en janvier, un étudiant rennais de 23 ans qui ne voulait pas que ses parents viennent le voir, a été condamné mardi à Rennes à neuf mois de prison avec sursis.

Cheveux mi-longs, jean noir et baskets : devant le tribunal correctionnel, il a reconnu les faits, disant avoir voulu empêcher par tous les moyens ses parents d’effectuer le déplacement.

Poursuivi pour « communication de fausses nouvelles compromettant la sécurité d’un aéronef en vol », le jeune homme avait créé la pagaille le 18 janvier aux aéroports de Rennes-Dinard et de Lyon-Saint-Exupéry.

Une bombe à bord de l’avion

« Écoutez-moi attentivement, l’avion Easyjet en provenance de Lyon vers Rennes ne décollera pas, sinon il explosera » : le vol EasyJet, parti de Lyon pour Rennes avec 150 passagers, avait dû faire demi-tour après un appel anonyme faisant état de la présence d’une bombe à bord de l’appareil.

Une douzaine de vols avaient été retardés et un avion de la Lufthansa, empêché d’atterrir à Lyon, avait été dérouté vers Genève.

L’étudiant avait utilisé un logiciel pour modifier sa voix. Géolocalisé par l’intermédiaire de son smartphone, il avait été interpellé à l’arrivée de ses parents qui avaient finalement atteint Rennes à bord d’un autre avion. « Je pensais que l’appel reçu par une standardiste ne ferait pas grand chose », a déclaré le prévenu à la barre.

Pourquoi voulait-il éviter ses parents à tout prix ?

La visite de ses parents ? « Impensable », selon lui. « Je passais ma journée quand je n’avais pas cours à fumer des joints. C’était deux jours parfaits où je n’avais pas d’obligation », a expliqué d’une voix calme et posée le jeune homme, titulaire d’un Deug de Droit et inconnu de la justice.

« J’avais essayé de les dissuader », a-t-il ajouté. Connue de ses parents, son addiction au cannabis – jusqu’à dix joints par jour – « était leur ennemi nº1. Cela aurait créé un événement familial » (un psychodrame, ndlr), a dit l’étudiant qui voulait aussi cacher le désordre de son logement.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite