Emmanuel Macron au «Soir» : «Il faut une coalition européenne du progrès, avec des dirigeants comme Charles Michel»

Pour Emmanuel Macron, «
il faut une coalition plus large
» au Parlement européen, «
où les équilibres seront beaucoup mieux respectés
».
Pour Emmanuel Macron, « il faut une coalition plus large » au Parlement européen, « où les équilibres seront beaucoup mieux respectés ». - MaxPPP.

A moins d’une semaine des élections européennes, Emmanuel Macron a reçu lundi en fin d’après-midi Le Soir au palais de l’Elysée pour un entretien exceptionnel. En bras de chemise, aussi tonique et assertif qu’à son habitude, le « PR » assume sa position de réformateur d’une Europe qu’il a pris le parti de bousculer. Et il dresse le profil des futurs dirigeants des institutions européennes.

« Aujourd’hui le Parlement européen connaît une majorité entre les socialistes et les conservateurs. Il faut une coalition plus large, et où les équilibres seront beaucoup mieux respectés. Il faudra œuvrer à construire cette coalition de progrès et d’avenir, avec des dirigeants comme Charles Michel, Mark Rutte, Antonio Costa et d’autres encore », explique le président français, qui ne cache pas son désir de voir le Premier ministre belge sortant gagner les élections nationales et européennes ce dimanche.

► Notre grand entretien avec Emmanuel Macron, à retrouver sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 500
documents iconiques ou insolites issus de l’étourdissante collection du New-Yorkais Andrew Krivine.

    Punk sur la ville: la contre-culture s’expose à Bruxelles

  2. « On continuera à témoigner de cette situation jusqu’à ce que  les choses bougent. Le rôle d’un artiste est là. »

    «Les misérables» de Ladj Ly: «J’ai toujours considéré ma caméra comme une arme»

  3. Les implications de l’affaire Nethys sur les pratiques politiques resteront selon les historiens.

    L’affaire Nethys va-t-elle intégrer les livres d’histoire?

La chronique
  • Des tweets prolétariens

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite