La ponctualité des trains belges est la pire d’Europe

© Le Soir/Pierre-Yves Thienpont
© Le Soir/Pierre-Yves Thienpont

En 2017, les trains de voyageurs belges ont été les moins ponctuels parmi 13 pays européens, selon une étude menée par Prime, la Plateforme européenne des gestionnaires d’infrastructure ferroviaire, et évoquée mercredi dans L’Echo et De Tijd.

L’analyse comparative révèle aussi que, durant la période allant de 2012 à 2017, seuls les trains italiens ont été plus souvent en retard que les belges. C’est en Lettonie, en Suisse et aux Pays-Bas qu’ils sont les plus ponctuels.

L’étude part du principe qu’un train « arrive à l’heure » si son éventuel retard ne dépasse pas 5 minutes et 29 secondes. Pour se conformer à cette définition, différents pays (dont la Belgique) ont dû recalculer leurs statistiques de ponctualité, alors que d’autres ne les ont pas adaptées ou se sont contentés de les estimer.

Une comparaison difficile

Le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire belge, Infrabel, qui est membre de Prime, souligne dès lors qu’une comparaison est très difficile, en raison de spécificités locales (axe Bruxelles-Nord-Midi en Belgique par exemple) et des délais pris en compte dans la méthode de calcul de la ponctualité.

Un calcul interne d’Infrabel révélait néanmoins aussi que les trains en Belgique accusaient en moyenne plus de retards que dans les pays voisins. Dans cette comparaison, seul le Royaume-Uni faisait pire que la Belgique.

Depuis la fin de l’an dernier, la ponctualité des trains repart toutefois à la hausse en Belgique. Au cours des quatre premiers mois de 2019, 90,7 % des trains belges n’ont pas fait (trop) attendre leurs voyageurs.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite