Division 1A: la formule actuelle du championnat reste provisoirement inchangée

©News
©News

Comme il était d’ailleurs prévisible, il n’a pas été possible d’avaliser la proposition de retour à un championnat classique, sans playoffs, mais élargi à vingt équipes, mercredi à Diegem, lors de l’Assemblée générale extraordinaire de la Pro League, a communiqué à l’issue de celle-ci le président de Courtrai Joseph Allijns. Les divers projets de réforme du championnat retournent donc provisoirement au frigo, et le système actuel restera par conséquent en vigueur, tant qu’une majorité pour le changer n’aura pas été trouvée.

Beaucoup soutenaient pourtant l’idée d’un championnat classique étendu à vingt équipes. «Mais elle a quand même été rejetée», a expliqué Allijns devant la presse. «Parce qu’elle devait être approuvée par une majorité spéciale de 80%, soit 36 voix sur 45. La prochaine saison se déroulera de ce fait exactement comme celle en cours, mais aussi les suivantes. Une majorité des deux tiers n’a en effet pas non plus été atteinte. Cette réunion avait pourtant été décidée par les vingt-quatre clubs avec l’idée de pouvoir présenter une compétition rénovée à l’expiration en 2020 du contrat-tv actuel. Ce ne sera donc pas le cas non plus, même si des aménagements seront peut être apportés au Playoff 2 et à la D1B.

Le résultat du vote n’a en tout cas pas plu au Brugeois Bart Verhaeghe, qui a été le premier à quitter visiblement très fâché, le Parker Hotel de Diegem.

Il était pour la formule du championnat classique à vingt clubs mais Peter Croonen, avant d’être élu nouveau président de la Pro League, avait assez clairement fait comprendre que sa candidature unique était liée au maintien de la formule actuelle avec playoffs.

Plus rien ne s’opposait donc à son élection, lorsque la décision qu’il espérait (exigeait) avait été prise.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©Belga

    Par Jonas Bernard

    Diables rouges

    Euro Espoirs: une défaite cruelle pour les Diablotins

  • Neymar voudrait revenir au Barça.

    Par Philippe Gerday

    France

    Entre Neymar et le PSG, la lassitude est réciproque

  • 112 buts en 146 sélections pour Marta qui n’a jamais gagné la Coupe du monde.

    Par Vincent Josephy

    Football international

    Mondial féminin: Marta, une reine en quête de couronne

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite