Elections 2019: la N-VA veut régler le survol de Bruxelles dès l’entame du prochain gouvernement

Elections 2019: la N-VA veut régler le survol de Bruxelles dès l’entame du prochain gouvernement

La N-VA entend régler la question des routes aériennes de l’aéoport de Brussels Airport dès la formation du prochain gouvernement fédéral. Le parti nationaliste veut que celles-ci soient coulées dans un texte soumis au Parlement dès l’ouverture de la prochaine législature, a indiqué le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts, en réponse à une série de questions soumises par l’association Actie Noordrand.

A l’occasion des élections, l’association a sondé les différents partis pour savoir s’ils soutenaient l’exécution du jugement du 30 mai dernier imposant à l’Etat fédéral d’adapter le plan Wathelet de dispersion des vols dans un délai de 90 semaines. Le juge avait aussi demandé la tenue d’Etats-généraux.

Dans sa réponse, le ministre N-VA n’évoque pas ce jugement mais estime que le futur plan de survol doit s’appuyer sur un partage équitable des avantages et des inconvénients liés à l’aéroport, et donc «sans zones d’exclusion aérienne privilégiée en Région bruxelloise».

>«République flamande»: quand Ben Weyts (N-VA) imagine la Belgique en 2048 (vidéo)

Une géographie équilibrée

«Les normes de bruit bruxelloises sont déloyales et carrément égoïstes. Si les choses devaient rester inchangées, alors le financement de la Région bruxelloise devra revenir sur la table», avertit M. Weyts.

Dans sa réponse au même questionnaire, Kris Peeters (CD&V) appuie lui l’application du jugement et attaque le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR) «qui n’a rien fait». «Le dossier n’a jamais été présenté en conseil des ministres. Le retour à la situation d’avant le plan Wathelet est essentiel pour restaurer la sérénité dans ce dossier».

Pour les chrétiens-démocrates flamands, il convient d’en revenir à un partage «géographiquement équilibré» des vols au départ de Brussels Airport.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le message du président Prévot est clair
: «
Le CDH n’a pas vocation à être le porteur d’eau d’autres partis pour régler leurs difficultés
».

    Négociations gouvernementales: pression sur le CDH qui ne veut pas craquer

  2. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  3. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite