Elections 2019: la N-VA veut régler le survol de Bruxelles dès l’entame du prochain gouvernement

Elections 2019: la N-VA veut régler le survol de Bruxelles dès l’entame du prochain gouvernement

La N-VA entend régler la question des routes aériennes de l’aéoport de Brussels Airport dès la formation du prochain gouvernement fédéral. Le parti nationaliste veut que celles-ci soient coulées dans un texte soumis au Parlement dès l’ouverture de la prochaine législature, a indiqué le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts, en réponse à une série de questions soumises par l’association Actie Noordrand.

A l’occasion des élections, l’association a sondé les différents partis pour savoir s’ils soutenaient l’exécution du jugement du 30 mai dernier imposant à l’Etat fédéral d’adapter le plan Wathelet de dispersion des vols dans un délai de 90 semaines. Le juge avait aussi demandé la tenue d’Etats-généraux.

Dans sa réponse, le ministre N-VA n’évoque pas ce jugement mais estime que le futur plan de survol doit s’appuyer sur un partage équitable des avantages et des inconvénients liés à l’aéroport, et donc «sans zones d’exclusion aérienne privilégiée en Région bruxelloise».

>«République flamande»: quand Ben Weyts (N-VA) imagine la Belgique en 2048 (vidéo)

Une géographie équilibrée

«Les normes de bruit bruxelloises sont déloyales et carrément égoïstes. Si les choses devaient rester inchangées, alors le financement de la Région bruxelloise devra revenir sur la table», avertit M. Weyts.

Dans sa réponse au même questionnaire, Kris Peeters (CD&V) appuie lui l’application du jugement et attaque le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR) «qui n’a rien fait». «Le dossier n’a jamais été présenté en conseil des ministres. Le retour à la situation d’avant le plan Wathelet est essentiel pour restaurer la sérénité dans ce dossier».

Pour les chrétiens-démocrates flamands, il convient d’en revenir à un partage «géographiquement équilibré» des vols au départ de Brussels Airport.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite