Une crème solaire retirée de la vente pour manque de protection

Une crème solaire retirée de la vente pour manque de protection

Le SPF Santé publique a ordonné le retrait des magasins d’une crème solaire à indice 50+ de la marque espagnole ISDIN, a confirmé mercredi son porte-parole sur la base d’une information de la VRT. D’après les tests de l’organisation Test-Achats, le facteur de protection de ce spray ne dépasse en réalité pas 15.

>Test-Achats alerte sur des sprays solaires pour enfants

«Nous avons été mis au courant ce matin (mercredi, NDLR) des résultats de l’analyse de Test-Achats. Nos experts les ont examinés et ont constaté que la crème ne répond effectivement pas aux exigences», a précisé un porte-parole du SPF Santé publique.

Les inspecteurs de l’administration vérifieront que les magasins qui commercialisent ce produit l’ont bien retiré de leurs rayons. Les autres pays de l’Union européenne seront également mis au courant du problème.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite