Agression d’une femme transgenre à Paris: 10 mois de prison, dont 4 avec sursis

Agression d’une femme transgenre à Paris: 10 mois de prison, dont 4 avec sursis

Coups, insultes et humiliations: le jeune homme qui avait agressé Julia, une femme transgenre, fin mars Place de la République à Paris a été condamné mercredi à 10 mois de prison, dont 4 avec sursis.

>«Un acte de sauvagerie»: une femme transgenre témoigne après avoir été violemment agressée à Paris

Seddik A., 23 ans, jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Paris, a été condamné pour «violences volontaires sans incapacité totale de travail (ITT) commises à raison de l’identité de genre». Son sursis a été assorti d’une mise à l’épreuve. Il a également interdiction d’entrer en contact avec la victime et de paraître aux abords de son domicile.

«La justice a fait son travail», a déclaré Julia à l’issue de l’audience. «Je ne suis pas sûre que la prison soit la meilleure solution mais j’espère qu’il réfléchira et qu’il ne recommencera pas».

«Ce procès est un symbole, car la justice française aujourd’hui a pris en compte le caractère discriminatoire des actes transphobes», a ajouté son avocat Me Etienne Deshoulières.

« Pas le procès de la transphobie »

Le 31 mars, lors d’une manifestation dans la capitale contre l’ex-président algérien Albdelaziz Bouteflika, Julia, 31 ans, avait été prise à partie à proximité d’une bouche de métro.

«Sale pédé», jets de bière, chants humiliants, cette vendeuse dans une boutique de luxe qui a commencé sa «transition» il y a 8 mois est alors prise pour cible par un groupe d’hommes.

Sur une vidéo-surveillance projetée mercredi lors de l’audience, on voit Seddik A. lui toucher les cheveux et lui asséner plusieurs coups violents au visage.

Julia finit par s’échapper par la bouche de métro grâce à l’aide de plusieurs agents de la RATP.

S’il n’a pas nié les violences, Seddik A. a en revanche affirmé ne pas avoir proféré d’insultes visant les personnes transgenres, déclarant à l’audience ne pas être «homophobe».

«C’est une peine sévère, qui répond à l’engouement médiatique autour de ce dossier», a estimé son avocate Me Mariame Touré.

«Le caractère transphobe n’a pas été prouvé», a abondé son second avocat Rachid Madid. «Contrairement à ce que certains ont dit, ce n’était pas le procès de la transphobie: c’était le procès d’un homme qui a commis des violences sans ITT, comme on en voit quotidiennement dans ce tribunal», a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  2. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

  3. PHOTO NEWS

    Vincent Kompany à Anderlecht: une présentation, deux ego

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite