New York adopte une loi visant à rendre publiques les déclarations d’impôts de Trump

New York adopte une loi visant à rendre publiques les déclarations d’impôts de Trump

Donald Trump a toujours refusé de publier ses déclarations d’impôts, mais le Parlement de l’Etat de New York a adopté mercredi un texte qui pourrait permettre de les rendre publiques contre son gré, en autorisant l’administration fiscale à communiquer au Congrès une partie des documents.

>La Maison Blanche refuse encore de livrer les impôts de Trump aux démocrates, malgré leur injonction

Après un premier vote par la chambre haute début mai, la chambre basse du Parlement de cet Etat, bastion démocrate, a à son tour adopté le texte, a confirmé une porte-parole de l’Assemblée new-yorkaise.

Le texte, qui autorise la remise des déclarations de revenus du président et de nombreux responsables locaux et fédéraux à des commissions parlementaires à condition qu’il y ait «un but législatif précis et légitime», doit encore être signé par le gouverneur Andrew Cuomo, démocrate lui aussi et très anti-Trump, pour entrer en vigueur.

Dans la plupart des Etats américains, un contribuable doit soumettre trois déclarations: l’une fédérale, l’autre destinée à l’Etat dans lequel il réside et la troisième à l’administration fiscale de sa ville.

>Trump ne livrera «jamais» ses déclarations d’impôts aux démocrates

Refus du Trésor

La remise au Congrès, par le fisc de l’Etat de New York, des déclarations d’impôts du milliardaire new-yorkais offrirait un premier aperçu — même si elles n’incluraient pas toutes ses activités hors de l’Etat de New York — de ses revenus et de sa situation fiscale, y compris sur la période récente.

Les démocrates ont toujours fustigé le refus de l’ex-promoteur immobilier et vedette de téléréalité de publier ses impôts, comme l’avaient fait tous ses prédécesseurs depuis 40 ans.

Le 7 mai, le Trésor américain a encore refusé de transmettre au Congrès les déclarations de revenus fédérales du président américain.

L’adoption du texte mercredi confirme que l’Etat de New York veut aider la Chambre des représentants à Washington, à majorité démocrate, dans sa bataille contre le président. Une bataille qui vire à la guerre ouverte, les démocrates parlant de plus en plus de lancer une procédure de destitution contre le président républicain.

Le Parlement de New York avait déjà adopté mardi un autre texte anti-Trump, en permettant aux procureurs de l’Etat de poursuivre des personnes qui auraient bénéficié d’une grâce présidentielle au niveau fédéral, une mesure destinée à empêcher le président de blanchir ses proches.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite