Les co-présidents d’Ecolo refusent d’affronter Maxime Prévot lors d’un débat organisé par la RTBF

© Belga
© Belga

Trois jours avant les élections, les co-présidents d’Ecolo, Jean-Marc Nollet et Zakia Khattabi, ont refusé de débattre ce jeudi soir face à Maxime Prévot, rapporte La Libre. Le parti vert, qui s’est justifié, va envoyer un autre écologiste dans le Cube de la RTBF pour défier le président du CDH.

Elections 2019: Gaia cite la co-présidente d’Ecolo, Zakia Khattabi, en justice pour diffamation

« Nos co-présidents ont chacun fait un débat. Pour le troisième, nous avons jugé qu’il fallait quelqu’un d’autre », a expliqué le porte-parole d’Ecolo qui assure que « ce choix n’a rien à voir avec Maxime Prévot ». Jean-Marc Nollet a ainsi affronté vendredi dernier Charles Michel, dans une ambiance électrique alors que le duel entre Zakia Khattabi et Elio Di Rupo était plutôt aux sourires.

« Ce sont des débats importants. On n’y va pas en sifflotant. Ils demandent un temps de préparation important et, chez Écolo, on a des équipes réduites », s’est justifié le porte-parole.

L’écologiste qui affrontera Maxime Prévot ce jeudi soir

C’est donc Alain Maron, député bruxellois sortant, qui remplacera les co-présidents ce soir. « Les deux partis ont accepté », indique le journaliste Thomas Gadisseux à notre confrère.

Maxime Prévot s’en prend aux verts: «Avec Ecolo, on ne crée pas d’emplois»

Il y a quelques jours, Zakia Khattabi aurait refusé de débattre avec Didier Reynders, le vice-Premier ministre, sur La Première. Elle aurait, par ailleurs, justifié sa décision par le fait que Didier Reynders n’est pas le président du parti libéral.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite