Accueil Sports Cyclisme Route

Polanc, Roglic, «Aderlass»: le cyclisme slovène interpelle sur le Tour d’Italie

Cuneo-Pinerolo, cités entrées dans la légende du Giro en 1949, lorsque Fausto Coppi était parti à l’assaut des cols de Vars, Izoard, Madeleine, Montgenèvre et Sestrières, pour reléguer Gino Bartali à près de douze minutes et sceller la troisième de ses cinq victoires sur le Tour d’Italie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Septante ans plus tard, le trait de 158 kilomètres tiré entre les deux villes piémontaises était bien plus lisse et plane, préfigurant sans doute un scénario à l’avenant.

Au bout du compte, et d’une longue échappée dont Thomas De Gendt (Lotto-Soudal, 8e de l’étape) fut l’un des principaux animateurs (un temps flanqué des autres Belges Jenthe Biermans (Katusha) et Jan Bakelants (Sunweb), c’est un gregario plus que trentenaire, vierge de tout succès jusque-là qui a triomphé : l’Italien Cesare Benedetti est ainsi « dépucelé », le rouleur du Team Bora s’est imposé à son compatriote Damiano Caruso (Bahrain) et à l’Irlandais Eddie Dunbar (Ineos), après avoir effacé la première réelle difficulté de ce Giro, le Montoso, un raidard de 1re catégorie planté à 32 bornes du but.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs