Facebook estime que 5% des comptes actifs sont «faux»

© AFP
© AFP

Facebook tente de répondre à la nette augmentation des tentatives de créations automatiques de comptes à des fins malveillantes mais estime qu’environ 5 % des comptes actifs actuellement restent « faux », selon des chiffres publiés jeudi.

►Facebook continue de violer la vie privée des Belges selon l’Autorité de protection des données

Le groupe a désactivé immédiatement, c’est-à-dire avant qu’ils ne deviennent actifs, 1,2 milliard de comptes au dernier trimestre 2018 et 2,2 milliards sur les trois premiers mois de 2019, « une hausse due aux attaques automatisées d’acteurs malveillants (cherchant à) créer de larges volumes de comptes en même temps », explique l’entreprise américaine.

Dans ce cas de figure, Facebook affirme les supprimer immédiatement : ils ne sont donc pas comptabilisés dans les comptes actifs. Selon Facebook, ces comptes-là sont assez faciles à repérer et donc à supprimer avant qu’ils ne créent de « tort ».

Le réseau social estime néanmoins que 5 % des comptes actifs actuellement sur la plateforme sont « faux » sur un total de 2,4 milliards d’usagers mensuels actifs.

►A lire sur Geeko : une nouvelle vague de phishing se propage sur Facebook

Les comptes « faux » peuvent par exemple servir à relayer des campagnes de désinformation à des fins de manipulation politique, un des sujets qui empoisonne Facebook depuis deux ans. Le groupe annonce régulièrement des vagues de suppressions de comptes actifs jugés « inauthentiques ».

Le groupe a publié jeudi un rapport qui détaille les mesures prises par Facebook contre les « faux » comptes mais aussi les contenus qui enfreignent ses règles d’utilisation, comme la nudité, la violence, le sexe, le harcèlement, la promotion de la drogue ou des armes, l’apologie du terrorisme, etc.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite