Elio Di Rupo: «Il faut éviter que le MR et la N-VA ne poursuivent la désagrégation de notre société»

© Le Soir
© Le Soir

À deux jours des élections, Elio Di Rupo a à nouveau martelé ce vendredi au micro de Bel RTL son opposition face à une nouvelle alliance « libéraux-nationalistes » lors de la prochaine législature. Pour le président du parti socialiste, l’enjeu principal du 26 mai est de savoir si « le PS sera suffisamment fort pour ne pas permettre au gouvernement actuel, MR-N-VA, de poursuivre la désagrégation de notre société ».

Elio Di Rupo a à nouveau fustigé le bilan du gouvernement actuel ce vendredi matin. Il dénonce notamment « un appauvrissement généralisé de la classe moyenne et des personnes à bas revenues » et pointe « la grande insatisfaction » des Belges. « Il faut un parti socialiste le plus fort possible afin de se passer de la N-VA », a-t-il soutenu.

Elio Di Rupo : « On peut, il faut, former un gouvernement sans la N-VA »

« Les mamours de Charles Michel à la N-VA »

Le président socialiste a aussi réagi face aux propos de Charles Michel tenus jeudi, qui accuse certains partis d’hypocrisie. « Ceux qui expriment des exclusives sont particulièrement hypocrites puisque le parti socialiste oublie que leurs homologues flamands gouvernent à Anvers avec la N-VA. Et Ecolo oublie que Groen est dans de très nombreuses majorités communales avec la N-VA », avait-il déclaré.

Elio Di Rupo l’assure, il ne compte pas retourner sa veste : « Charles Michel s’est laissé dominer par la N-VA tandis que nous n’avons pas du tout envie de nous laisser dominer. Nous voulons être le pilier d’un changement ».

Bart De Wever : « Je n’ai qu’un veto, contre le PS et Ecolo au niveau fédéral »

Le président socialiste fustige le comportement du Premier ministre sortant vis-à-vis des nationalistes : « Quand j’entends Charles Michel faire des mamours à la N-VA, je trouve ça relativement indécent ».

Elio Di Rupo considère également que de manière générale, cette campagne électorale est « très décevante. » « Il y a énormément de mensonges, tantôt dans les débats radio, tantôt dans les débats télévisés », estime-t-il tout en visant plus particulièrement le Premier ministre libéral.

Elections 2019 : « Bart De Wever devient nerveux car la N-VA devient contournable », affirme Calvo (Groen)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Borders
» au Public.

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  3. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

La chronique
  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite