Elio Di Rupo: «Il faut éviter que le MR et la N-VA ne poursuivent la désagrégation de notre société»

© Le Soir
© Le Soir

À deux jours des élections, Elio Di Rupo a à nouveau martelé ce vendredi au micro de Bel RTL son opposition face à une nouvelle alliance « libéraux-nationalistes » lors de la prochaine législature. Pour le président du parti socialiste, l’enjeu principal du 26 mai est de savoir si « le PS sera suffisamment fort pour ne pas permettre au gouvernement actuel, MR-N-VA, de poursuivre la désagrégation de notre société ».

Elio Di Rupo a à nouveau fustigé le bilan du gouvernement actuel ce vendredi matin. Il dénonce notamment « un appauvrissement généralisé de la classe moyenne et des personnes à bas revenues » et pointe « la grande insatisfaction » des Belges. « Il faut un parti socialiste le plus fort possible afin de se passer de la N-VA », a-t-il soutenu.

Elio Di Rupo : « On peut, il faut, former un gouvernement sans la N-VA »

« Les mamours de Charles Michel à la N-VA »

Le président socialiste a aussi réagi face aux propos de Charles Michel tenus jeudi, qui accuse certains partis d’hypocrisie. « Ceux qui expriment des exclusives sont particulièrement hypocrites puisque le parti socialiste oublie que leurs homologues flamands gouvernent à Anvers avec la N-VA. Et Ecolo oublie que Groen est dans de très nombreuses majorités communales avec la N-VA », avait-il déclaré.

Elio Di Rupo l’assure, il ne compte pas retourner sa veste : « Charles Michel s’est laissé dominer par la N-VA tandis que nous n’avons pas du tout envie de nous laisser dominer. Nous voulons être le pilier d’un changement ».

Bart De Wever : « Je n’ai qu’un veto, contre le PS et Ecolo au niveau fédéral »

Le président socialiste fustige le comportement du Premier ministre sortant vis-à-vis des nationalistes : « Quand j’entends Charles Michel faire des mamours à la N-VA, je trouve ça relativement indécent ».

Elio Di Rupo considère également que de manière générale, cette campagne électorale est « très décevante. » « Il y a énormément de mensonges, tantôt dans les débats radio, tantôt dans les débats télévisés », estime-t-il tout en visant plus particulièrement le Premier ministre libéral.

Elections 2019 : « Bart De Wever devient nerveux car la N-VA devient contournable », affirme Calvo (Groen)

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

  2. 494162 (2)

    Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

  3. Recruteurs ONG | ECONOMIE

    Recruteur de dons en rue: un business loin du bénévolat

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite