Accueil Monde Union européenne

Jean-Claude Juncker salue la politique migratoire d’Angela Merkel: «L’Histoire prouvera qu’elle avait raison»

« Si elle avait fermé la frontière allemande, l’Autriche et la Hongrie se seraient effondrées sous le poids des réfugiés », a déclaré le président sortant de la Commission européenne.

Temps de lecture: 2 min

Le président sortant de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a salué la chancelière allemande Angela Merkel pour sa politique d’accueil des réfugiés. « Angela Merkel a fait le bon choix à l’automne 2015, et l’Histoire prouvera qu’elle avait raison », a-t-il déclaré dans un entretien publié dans l’édition de vendredi du quotidien allemand Bild.

« Si elle avait fermé la frontière allemande, l’Autriche et la Hongrie se seraient effondrées sous le poids des réfugiés. C’est la vérité », affirme le Luxembourgeois dans une interview passant en revue les faits marquants de son mandat à la tête de la Commission européenne.

Juncker présente son bilan à la Commission européenne : « J’ai fait deux erreurs dans ma présidence »

Le rôle rassembleur d’Angela Merkel

Interrogé sur la capacité de la chancelière allemande de mener ou diviser l’Union européenne, M. Juncker reconnaît que « vous pouvez effectuer beaucoup de choses depuis Berlin, c’est vrai. Mais une seule personne ne peut pas mener ou diviser l’UE. En Europe, il faut toujours avoir des alliés solides et fiables et de nombreux amis si vous voulez réussir quelque chose ».

Il affirme même que dans la flotte européenne, l’Allemagne n’était pas tant un « speedboat » (vedette, NDLR) qu’un « slow tanker » (pétrolier, NDLR). Il salue toutefois le rôle rassembleur d’Angela Merkel – dont le quatrième mandat prendra fin en 2021 – à des moments cruciaux. « Pas seule, mais en collaboration avec d’autres esprits brillants », souligne-t-il encore. « C’est une femme intelligente, avec qui on peut bien rire. Mais nous avons aussi eu beaucoup de désaccords », consent-il au cours d’un « entretien-vérité ». Il y détaille aussi ses relations avec l’Américain Donald Trump, l’Hongrois Viktor Orban, la Britannique Theresa May ou l’ancien chancelier allemand Helmut Kohl.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Lafarce P.H., vendredi 24 mai 2019, 10:08

    Ah ! Ce cher Jean-Claude qui aime être "copain" avec tout le monde ! Il me fait penser à cette chanson "L'opportuniste" de Jacques Dutronc ! Quant à Madame Merkel, c'est bien un des rares points où elle a eu l'esprit "européen". A part ça , c'était très souvent "Germany First" où les intérêts économiques allemands primaient devant toute autre considération. Et là, il faut reconnaître que pour son pays, elle s'en sort bien . Tant pis pour la cohésion européenne.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs