Jean-Claude Juncker salue la politique migratoire d’Angela Merkel: «L’Histoire prouvera qu’elle avait raison»

© Belga
© Belga

Le président sortant de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a salué la chancelière allemande Angela Merkel pour sa politique d’accueil des réfugiés. « Angela Merkel a fait le bon choix à l’automne 2015, et l’Histoire prouvera qu’elle avait raison », a-t-il déclaré dans un entretien publié dans l’édition de vendredi du quotidien allemand Bild.

« Si elle avait fermé la frontière allemande, l’Autriche et la Hongrie se seraient effondrées sous le poids des réfugiés. C’est la vérité », affirme le Luxembourgeois dans une interview passant en revue les faits marquants de son mandat à la tête de la Commission européenne.

Juncker présente son bilan à la Commission européenne : « J’ai fait deux erreurs dans ma présidence »

Le rôle rassembleur d’Angela Merkel

Interrogé sur la capacité de la chancelière allemande de mener ou diviser l’Union européenne, M. Juncker reconnaît que « vous pouvez effectuer beaucoup de choses depuis Berlin, c’est vrai. Mais une seule personne ne peut pas mener ou diviser l’UE. En Europe, il faut toujours avoir des alliés solides et fiables et de nombreux amis si vous voulez réussir quelque chose ».

Il affirme même que dans la flotte européenne, l’Allemagne n’était pas tant un « speedboat » (vedette, NDLR) qu’un « slow tanker » (pétrolier, NDLR). Il salue toutefois le rôle rassembleur d’Angela Merkel – dont le quatrième mandat prendra fin en 2021 – à des moments cruciaux. « Pas seule, mais en collaboration avec d’autres esprits brillants », souligne-t-il encore. « C’est une femme intelligente, avec qui on peut bien rire. Mais nous avons aussi eu beaucoup de désaccords », consent-il au cours d’un « entretien-vérité ». Il y détaille aussi ses relations avec l’Américain Donald Trump, l’Hongrois Viktor Orban, la Britannique Theresa May ou l’ancien chancelier allemand Helmut Kohl.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite