Lance Armstrong ne regrette pas s’être dopé pour gagner 7 fois le Tour de France: «Ce n’était pas légal, mais je ne changerais rien»

@News
@News

L’Américain Lance Armstrong, roi déchu du cyclisme professionnel après avoir reconnu s’être dopé, a assuré qu’il n’avait aucun regret et qu’il referait tout ce qu’il a fait pour gagner sept éditions du Tour de France.

« Je ne changerais strictement rien à ce que j’ai fait si c’était à refaire, je ne changerais pas tout ce qu’il m’est arrivé », a déclaré Armstrong, dans un entretien qui sera diffusé le 29 mai par la chaîne américaine NBC Sports.

« En premier lieu, je ne changerais pas tout ce que j’ai appris. Je n’aurais rien appris si je n’avais pas agi comme je l’ai fait. Il n’y aurait pas eu d’enquête et pas de sanctions si je n’avais pas agi comme je l’ai fait », a poursuivi l’ancien leader des équipes US Postal et Discovery Channel qui avait déjà tenu des propos similaires par le passé.

« Si je me dope et si je ne dis rien, rien de tout cela ne serait arrivé, rien du tout. C’est comme si c’était ce que je voulais, je voulais qu’on m’attrape, j’étais une proie facile », a souligné Armstrong.

L’Américain qui a fait la loi sur le cyclisme professionnel dans les années 2000, a remporté sept éditions consécutives du Tour de France de 1999 à 2005.

Mais il a été dépossédé de ses victoires après avoir écopé d’une suspension à vie en 2012 à la suite d’une enquête ouverte par l’Agence américaine antidopage (Usada) qui a établi qu’il était à la tête du « système de dopage le plus sophistiqué, le plus professionnel et le plus efficace de l’histoire du sport ».

En 2013, il a reconnu s’être dopé durant toute sa carrière dans un entretien très suivi accordé à la star de la télévision américaine Oprah Winfrey.

« Nous avons fait ce que nous devions faire pour gagner, ce n’était pas légal, mais je ne changerais rien de ce qu’il s’est passé, que ce soit perdre un sacré paquet d’argent ou passer du statut de héros à celui de zéro », a conclu Armstrong, aujourd’hui âgé de 47 ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • belga

    Par Éric Clovio

    Route

    Championnat de Belgique CLM: Victor, ils sont tous à tes trousses

  • Maxime Monfort tout sourire sur le Tour de Suisse
: la passion est intacte
!

    Par Recueilli par Éric Clovio

    Tour de France

    Maxime Monfort: «Je n’avais jamais renoncé au Tour de France»

  • Houdret livre web

    Par Sébastien Close

    Tour de France

    David Houdret: «En un seul mot, le Tour de France pour vous, c’est…?»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  2. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

  3. PHOTO NEWS

    Vincent Kompany à Anderlecht: une présentation, deux ego

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite