Elections 2019: les sanctions en cas d’absence (vidéo)

Elections 2019: les sanctions en cas d’absence (vidéo)

Ce dimanche 26 mai, les Belges votent pour les élections régionales, fédérales et européennes. Aucune exception n’est permise : en Belgique, depuis 1894, il est obligatoire de se rendre aux urnes, comme au Luxembourg, en Grèce ou en Bulgarie. Dans la majorité des autres pays, le vote est un droit, et non une obligation.

Qui dit obligation dit sanction. En théorie, l’électeur qui reste chez lui le jour du scrutin, sans être excusé avec une raison valable, s’expose à une amende de quelques dizaines d’euros. Mais dans la pratique, cette loi n’est pas respectée. Aucun électeur n’a été condamné depuis 2003 pour ne pas avoir participé au vote. La justice a d’autres priorités que de poursuivre les absents.

Si l’on a l’esprit contestataire, on peut aussi aller aux urnes et voter blanc (ne rien indiquer sur le bulletin) ou nul (le raturer ou écrire des « âneries », ce qui n’est possible qu’avec le vote papier). Ces votes sont comptabilisés, mais ne servent personne. Il se dit souvent qu’ils « font le jeu des grands partis ». C’est faux. Ils ne favorisent ni ne pénalisent aucun parti, vu qu’ils ne sont pas pris en compte lors de la répartition des sièges. En somme, ils réduisent la part du gâteau, sans changer les proportions des parts attribuées aux différents partis, petits ou grands.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous