Elections 2019: tout le monde vote-t-il pour les mêmes candidats?

© Bruno d’Alimonte - Le Soir
© Bruno d’Alimonte - Le Soir

Ce dimanche 26 mai, les Belges votent pour les élections régionales, fédérales et européennes mais tous ne votent pas pour les mêmes candidats. Pour faire en sorte d’avoir une représentativité géographique au sein des différents parlements du pays, le territoire a été découpé en circonscriptions électorales. La taille de ces circonscriptions diffère selon le scrutin.

Chaque circonscription envoie un certain nombre d’élus. A la Chambre, par exemple, 15 députés sont élus dans la circonscription de Liège, alors qu’il n’y en a que six à Namur. Et les listes électorales, donc les candidats, sont différentes dans chaque zone électorale.

Pour les élections fédérales :

Pour les élections régionales :

Pour les élections européennes :

Les partis ne sont pas obligés de déposer des listes dans chaque circonscription. Mais les formations importantes le font. Il faut toutefois dénicher un grand nombre de candidats. S’il veut participer à l’ensemble des scrutins, un parti francophone, par exemple, doit confectionner 19 listes différentes : une pour l’Europe, 6 pour le scrutin fédéral, 11 pour le Parlement wallon, et une pour le parlement bruxellois.

Quelques particularités :

• Pour l’élection du parlement bruxellois, il n’y a qu’une seule zone électorale. Les listes sont donc identiques dans toute la capitale. L’électeur bruxellois doit simplement choisir sa couleur linguistique : 17 élus néerlandophones doivent être élus, contre 72 francophones.

• Suite à la scission de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, six communes à facilités situées dans le Brabant flamand ont le droit de choisir entre les listes de leur circonscription flamande ou celles de Bruxelles. Ce choix n’est possible que pour l’élection fédérale et européenne. Pour l’élection régionale, en revanche, ces six communes ne peuvent voter que pour le Parlement flamand.

• Enfin, en Wallonie, le scrutin régional sera marqué par un événement peu courant : la carte électorale a été redessinée, et le nombre de circonscriptions a diminué. En 2014, plusieurs circonscriptions désignaient trois ou même deux élus, ce qui ne permettait pas de refléter la diversité des votes. Pour la première fois cette année, chaque circonscription enverra au moins quatre représentants dans l’assemblée. Pour réussir cette métamorphose, le sud du pays ne comptera plus que onze circonscriptions au lieu de treize. Les deux circonscriptions du Luxembourg sont fusionnées. La carte du Hainaut est chamboulée avec notamment la fusion des circonscriptions de Charleroi et de Thuin et la création d’une circonscription de Soignies-La Louvière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous