Elections 2019: tout le monde vote-t-il pour les mêmes candidats?

© Bruno d’Alimonte - Le Soir
© Bruno d’Alimonte - Le Soir

Ce dimanche 26 mai, les Belges votent pour les élections régionales, fédérales et européennes mais tous ne votent pas pour les mêmes candidats. Pour faire en sorte d’avoir une représentativité géographique au sein des différents parlements du pays, le territoire a été découpé en circonscriptions électorales. La taille de ces circonscriptions diffère selon le scrutin.

Chaque circonscription envoie un certain nombre d’élus. A la Chambre, par exemple, 15 députés sont élus dans la circonscription de Liège, alors qu’il n’y en a que six à Namur. Et les listes électorales, donc les candidats, sont différentes dans chaque zone électorale.

Pour les élections fédérales :

Pour les élections régionales :

Pour les élections européennes :

Les partis ne sont pas obligés de déposer des listes dans chaque circonscription. Mais les formations importantes le font. Il faut toutefois dénicher un grand nombre de candidats. S’il veut participer à l’ensemble des scrutins, un parti francophone, par exemple, doit confectionner 19 listes différentes : une pour l’Europe, 6 pour le scrutin fédéral, 11 pour le Parlement wallon, et une pour le parlement bruxellois.

Quelques particularités :

• Pour l’élection du parlement bruxellois, il n’y a qu’une seule zone électorale. Les listes sont donc identiques dans toute la capitale. L’électeur bruxellois doit simplement choisir sa couleur linguistique : 17 élus néerlandophones doivent être élus, contre 72 francophones.

• Suite à la scission de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, six communes à facilités situées dans le Brabant flamand ont le droit de choisir entre les listes de leur circonscription flamande ou celles de Bruxelles. Ce choix n’est possible que pour l’élection fédérale et européenne. Pour l’élection régionale, en revanche, ces six communes ne peuvent voter que pour le Parlement flamand.

• Enfin, en Wallonie, le scrutin régional sera marqué par un événement peu courant : la carte électorale a été redessinée, et le nombre de circonscriptions a diminué. En 2014, plusieurs circonscriptions désignaient trois ou même deux élus, ce qui ne permettait pas de refléter la diversité des votes. Pour la première fois cette année, chaque circonscription enverra au moins quatre représentants dans l’assemblée. Pour réussir cette métamorphose, le sud du pays ne comptera plus que onze circonscriptions au lieu de treize. Les deux circonscriptions du Luxembourg sont fusionnées. La carte du Hainaut est chamboulée avec notamment la fusion des circonscriptions de Charleroi et de Thuin et la création d’une circonscription de Soignies-La Louvière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite