Accueil Culture Musiques

Ivan Tirtiaux L’oasis

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

Il y a cinq ans, nous avions dit le plus grand bien de son premier album, L’envol. Ivan aime aller à son rythme, hors des sentiers battus, bien décidé à ne répondre à aucun diktat. Cela lui ferait bien sûr plaisir d’entendre ses chansons à la radio mais il n’est pas prêt à sacrifier sa liberté pour cela.

Le revoici donc avec huit chansons dont le Pauvre Martin de Georges Brassens et Le grand Lustucru (extrait de Marie Galante de Kurt Weill, sur un texte de Jacques Deval) pour un album naturaliste, acoustique et authentique, respirant le bon air pur. Ivan retrouve les sources folks d’un Dick Annegarn, avec de ces arrangements de guitare et banjo, Würlitzer et harmonium, cordes et cuivres… luxuriants au possible.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs