Accueil Belgique

«A Bruxelles, les logements sont impayables»

Face aux coûts et à l’évolution sociologique, des solutions se font jour, de l’habitat groupé aux agences immobilières sociales en passant par le community land trust.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 8 min

Matthieu Lietaert et sa trentaine de copropriétaires ont construit leur nid à Laeken, avec jardin s’il vous plaît ! A l’Echappée, chacun a son logement (dix-huit au total) et tout le monde partage une salle à manger, une cuisine, une buanderie, un atelier, quatre voitures et un ciné-club. La démarche fondatrice est sociétale (le sens du collectif, l’envie de rencontrer des gens) et environnementale davantage qu’économique. « Personne n’était à la rue, personne n’était à la limite du seuil de pauvreté, ce n’était pas facile pour tout le monde mais on a réussi notre projet sans aide, on avait donc du pognon », résume Matthieu Lietaert. Et du temps, car il leur en a fallu pour trouver les candidats à l’aventure, le terrain, l’architecte puis faire vivre le collectif.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs