Philippe Clement quitte Genk pour rejoindre le Club de Bruges: «Ce n’était pas une décision évidente à prendre»

©News
©News

Philippe Clement revient à Bruges. Après avoir mené Genk à son quatrième titre de champion de Belgique, le coach anversois de 45 ans a décidé de poursuivre sa carrière comme T1 du Club de Bruges, où il a déjà été joueur, entraîneur adjoint et T1 intérimaire.

« Tout d’abord, je veux remercier toute la famille du KRC Genk », déclare Philippe Clement sur le site du Club de Bruges. « J’ai vécu une période fantastique avec comme point culminant la conquête du titre. Ce n’était pas une décision évidente à prendre entre deux équipes avec lesquelles j’ai beaucoup de liens. Finalement, j’ai décidé de revenir au Club de Bruges. A Genk, j’ai remporté des prix comme joueur et comme entraîneur. A Bruges, j’ai réussi comme joueur et comme entraîneur adjoint et il est maintenant temps de poursuivre ce cheminement en remportant des prix avec le Club en qualité d’entraîneur principal. De manière plus globale, nous entendons travailler afin de professionnaliser encore davantage le Club grâce au nouveau complexe d’entraînement de Westkapelle ».

Bart Verhaeghe, le président brugeois, se réjouit de ce transfert. « Je suis très heureux et reconnaissant que Philippe revienne au Club », dit-il. « Au fil des années, j’ai appris à connaître Philippe en tant que professionnel passionné qui a construit sa carrière de manière particulièrement sage. Il a toutes les qualités d’un entraîneur du top et est très sensible au Club de Bruges. Durant sa carrière, il a acquis l’expérience nécessaire, comme joueur, coach adjoint et entraîneur principal. Dans ce contexte, devenir entraîneur du Club de Bruges constitue une étape logique. »

Clement et la direction brugeoise vont maintenant discuter de la composition du staff. « Une conférence de presse sera organisée mercredi afin de fournir davantage d’éléments d’information », précise le club brugeois.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite