Syrie: six femmes de combattants belges de l’Etat islamique ont quitté le camp où elles se trouvaient

Syrie: six femmes de combattants belges de l’Etat islamique ont quitté le camp où elles se trouvaient

Six femmes de combattants belges de l’organisation terroriste État islamique (EI) ont récemment fui le camp kurde d’Al Hol grâce à des trafiquants d’êtres humains, rapporte vendredi le site d’investigation flamand Apache, citant Heidi De Pauw, la directrice de Child Focus. Le professeur Gerrit Loots, qui suit de près la situation dans les camps, confirme également qu’un certain nombre de femmes belges ont quitté cet endroit.

Selon Apache, on ignore où sont parties ces femmes et si elles sont en route vers la Belgique. En 2017, le gouvernement fédéral a décidé de ne pas rapatrier de manière active les femmes de combattants de l’EI. Des experts avaient alors prévenu que cela risquait d’ouvrir la porte à des retours illégaux.

Interrogé sur sa connaissance de la situation, le cabinet du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders n’a pas encore réagi.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite