Explosion d’un colis piégé à Lyon: 13 blessés légers selon un nouveau bilan, un suspect recherché

Explosion d’un colis piégé à Lyon: 13 blessés légers selon un nouveau bilan, un suspect recherché

L’explosion d’un colis piégé dans une rue très fréquentée de Lyon vendredi après-midi, qualifiée d’«attaque» par le président Emmanuel Macron, a fait une dizaine de blessés légers à deux jours des élections européennes.

>Explosion d’un colis piégé à Lyon: un suspect recherché, la section antiterroriste du parquet de Paris se saisit de l’enquête

La section antiterroriste du parquet de Paris a annoncé s’être saisie de l’enquête et que le procureur de Paris, Rémy Heitz, se rendait sur les lieux. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, s’est rendu à Lyon.

Ce sac ou colis qui contenait des vis, clous ou boulons selon des sources policières, a été déposé devant une boulangerie de la rue Victor Hugo, une artère piétonne et commerçante proche de la place Bellecour au coeur de la ville, actuellement en travaux.

Un homme d’une trentaine d’années, circulant sur un VTT noir et aperçu à proximité des lieux au moment des faits, est recherché par la police, selon une source proche du dossier. Aucune piste n’est privilégiée à ce stade quant à son profil et ses motivations.

Ce suspect a été filmé par les caméras de vidéosurveillance de la ville, selon le maire du 2e arrondissement, Denis Broliquier.

D’après un dernier bilan fourni de source proche du dossier, 13 personnes ont été touchées par l’explosion, dont 11 hospitalisées. Toutes ne sont blessées que légèrement, dont une petite fille de huit ans, d’après M. Broliquier.

Le procureur de la République à Lyon, Nicolas Jacquet, s’est rendu sur les lieux avec le préfet de région Pascal Mailhos.

>Explosion d’un colis piégé à Lyon: la section antiterroriste du parquet de Paris se saisit de l’enquête

«Un grand boum»

La rue a été rapidement évacuée et bouclée par les forces de l’ordre. Le périmètre de sécurité a été élargi dans un second temps à la place Bellecour après la découverte de deux sacs dans un square d’enfants, pour lesquels une levée de doute a été effectuée par les démineurs.

Le ministère de l’Intérieur a parallèlement décidé de renforcer la sécurité des sites accueillant du public et des événements sportifs, culturels et cultuels.

«Ça a explosé et j’ai cru que c’était un accident de voiture (...) Il y avait des bouts de fils électriques autour de moi, des piles et des bouts de carton et de plastique. Les vitres étaient explosées», a témoigné Eva, une lycéenne de 17 ans encore sous le coup de l’émotion, qui se trouvait à 15 mètres du lieu de l’explosion.

«J’étais en train de travailler, de servir les gens, et d’un coup on entend un grand boum. Du coup, on descend voir pour voir ce que c’était. On pensait que c’était par rapport aux travaux. Mais en fait c’était un colis abandonné», a ajouté Omar Ghezza, boulanger dans un commerce voisin.

«Attaque»

Cette explosion s’est produite au moment où la France s’apprête à voter dimanche pour élire ses députés au Parlement européen. Le scrutin a commencé dans plusieurs États membres depuis jeudi, dont le Royaume-Uni.

Lors d’une interview avec un Youtubeur à propos de ces élections, Emmanuel Macron a déclaré qu’il y avait «eu une attaque à Lyon (...) il ne m’appartient pas d’en faire le bilan, mais a priori, aujourd’hui, à ce stade, il n’y a pas de victime. Il y a des blessés, donc je veux avoir évidemment une pensée pour les blessés, leurs familles».

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annulé sa participation au dernier meeting de campagne de la majorité prévu à Paris.

«Toute la lumière devra être faite sur les circonstances de cet attentat terroriste», a déclaré Marine Le Pen. «Une nouvelle attaque ignoble sur notre sol qui rappelle la menace qui pèse sur le quotidien des Français et notre modèle démocratique», a réagi Nicolas Dupont-Aignan.

Le pays n’avait plus connu d’attaque au colis piégé depuis décembre 2007, lorsqu’une explosion dans un cabinet d’avocats — dont les raisons sont à ce jour restées inexpliquées — avait fait un mort et un blessé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite