Embouteillage au sommet de l’Everest, 4 morts

Embouteillage au sommet de l’Everest, 4 morts

Quatre alpinistes ont péri sur l’Everest, ont annoncé vendredi des organisateurs d’expéditions, portant à huit le nombre de morts cette saison sur le toit du monde dont la fréquentation croissante crée de dangereux embouteillages en «zone de la mort».

La haute saison bat son plein sur la montagne de 8.848 m, au point que des files d’attente d’alpinistes se forment à proximité du sommet. À la date de jeudi, environ 550 grimpeurs étaient parvenus en haut de l’Everest cette année, selon des données collectées par les autorités népalaises.

Deux Indiens, un Autrichien et un Népalais y ont succombé au cours des dernières 48h.

L’Indienne Kalpana Das, 52 ans, a atteint jeudi après-midi la cime mais elle est décédée tandis qu’elle descendait. Son compatriote Nihal Bagwan, 27 ans, a aussi trouvé la mort sur le chemin du retour.

«Il était coincé dans l’embouteillage pendant plus de douze heures et était épuisé. Des guides sherpas l’ont ramené au camp 4 mais il a rendu son dernier souffle là-bas», a relaté Keshav Paudel de l’agence Peak Promotion.

De l’autre côté de la montagne, un alpiniste autrichien de 65 ans est mort jeudi sur la voie tibétaine, moins fréquentée que la népalaise, a annoncé son organisateur d’expédition. Un guide népalais de 33 ans a lui succombé au camp de base, après être tombé malade au camp 3 à 7.158 mètres d’altitude.

Des photos impressionnantes montraient ces derniers jours une longue queue d’alpinistes emmitouflés piétinant sur l’arête située entre la cime et le col Sud, où se trouve l’ultime campement du versant népalais.

La haute saison de l’Everest dure de fin avril à fin mai. À cette période, la météo offre une courte fenêtre de conditions moins extrêmes dans ces hauteurs glacées et impropres à la vie.

Selon les experts, l’encombrement d’alpinistes est dû aussi bien à la multiplication de permis qu’au nombre réduit de fenêtres météo favorables pour monter au sommet cette année.

Toutes les expéditions lancent donc l’assaut final les mêmes jours.

« Zone de la mort »

À cette altitude extrême, l’oxygène se fait plus rare et les sportifs doivent généralement recourir à des bouteilles d’oxygène pour parvenir au bout de leur ascension. Une altitude supérieure à 8.000 mètres au-dessus du niveau de la mer est considérée comme la «zone de la mort».

«Rester longtemps dans la zone de la mort augmente les risques de gelures, de mal des montagnes et même de mort», explique Ang Tsering Sherpa, ancien président de l’Association d’alpinisme du Népal.

Furdiki Sherpa et Nima Doma Sherpa, deux veuves de guides sherpas tués sur l’Everest, ont atteint jeudi le sommet de la montagne qui a emporté leurs maris, selon le coordinateur de leur équipe. Les deux Népalaises souhaitaient défier les traditions patriarcales et la domination masculine de l’alpinisme.

Cinq personnes avaient perdu la vie l’année dernière sur l’Everest. En 2015, 18 alpinistes avaient péri au camp de base dans une avalanche déclenchée par un séisme.

La libéralisation de l’ascension par les autorités népalaises dans les années 1990 a encouragé le développement d’expéditions commerciales et multiplié les alpinistes sur les parois.

L’Everest a été conquis pour la première fois en 1953 par le Népalais Tenzing Norgay et le Néo-Zélandais Edmund Hillary.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. TransportEnergie-100

    Energie: les communes wallonnes veulent s’unir pour se défendre face à la Flandre

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite