Explosion à Lyon: «aucune revendication» au lendemain des faits, selon le procureur de Paris

© Reuters
© Reuters

Le procureur de Paris Rémy Heitz donnait une conférence de presse ce samedi midi, suite à une violente explosion qui a eu lieu à Lyon vendredi soir dans le centre de la ville.

Cet acte n’a donné lieu aucune revendication jusqu’à présent, mais la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'affaire.

Les enquêteurs après avoir relevé les vidéos des caméras de surveillance aux alentours, ont pu suivre le parcours minute par minute de l’auteur de l’explosion.

L’auteur qui est toujours en fuite, avait clairement l’intention de commettre un acte violent, le sachet qu’il a délaissé à 17h27 dans un quartier du centre de Lyon où il s’est rendu à vélo, a explosé une minute plus tard par un détonateur à distance. Il contenait notamment des visses de deux centimètres, des billes en métal ainsi qu’un circuit LR6 en plus du dispositif de détonation. La détonation a brisé les vitres de la boulangerie qui se trouvait à côté.

Le suspect n’a pas encore pu être identifié car sa tête était couverte d’une casquette kaki et de lunette de soleil.

Un appel à témoin a été lancé dans le courant de la soirée de vendredi. Les nombreux messages récoltés sont en cours d’exploitation par les 90 enquêteurs et les 30 techniciens de police qui ont été déployés pour l’investigation.

De nouvelles photos seront prochainement diffusées, a annoncé le procureur de Paris. L’attaque au colis piégé a fait vendredi soir 13 blessés légers à Lyon.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite