Européennes 2019: les bureaux ouvrent en Lettonie, Malte et Slovaquie

© AFP
© AFP

Les citoyens de Lettonie, de Malte et de Slovaquie se rendent à leur tour aux urnes ce samedi dans le cadre des élections appelées à renouveler les membres du Parlement européen. Ces élections, qui auront lieu demain en Belgique en même temps que les législatives fédérales et régionales, seront bouclées dimanche soir à travers toute l’Europe des 28, mais certains pays votaient déjà jeudi, vendredi et samedi. Pour les Tchèques, le scrutin européen a débuté vendredi et se poursuit samedi.

Pour tout le monde, les résultats officiels ne seront publiés que dimanche soir. Sur les 751 eurodéputés, un nombre qui devrait être ramené à 705 après le départ effectif du Royaume-Uni, la population de Malte doit en choisir 6, celle de Lettonie 8 et celle de Slovaquie 14, un de plus par rapport au pré-Brexit. En comparaison, la Belgique élit 21 eurodéputés.

Particularité de Malte dans le paysage européen: on peut y voter dès l’âge de 16 ans, alors que la très large majorité des Etats membres établit l’âge minimum à 18 ans. Mais ni à Malte, ni en Lettonie, ni en Slovaquie, le vote n’est obligatoire.

C’est la Slovaquie qui avait, en 2014 lors des précédentes élections européennes, affiché le plus haut taux d’abstention de toute l’Europe: 87%.

►Européennes 2019: aux Pays-Bas, les sociaux-démocrates ont glané le plus de voix, selon les premiers sondages

En Slovaquie, au moins un député d’extrême droite devrait parvenir à se frayer un chemin jusqu’au Parlement européen, analysent les observateurs. Il pourrait provenir du LSNS, le «Parti populaire-Notre Slovaquie», qui a mené campagne contre l’immigration, les musulmans, les étrangers, semant la crainte d’une disparition des valeurs traditionnelles chrétiennes. Son leader Marian Kotleba mène campagne avec conviction et sans se préoccuper de la véracité de ses arguments, et l’abstention pourrait jouer en faveur de son parti d’extrême-droite, qualifié par les médias locaux et européens de néonazi ou néofasciste. L’uniforme que l’homme politique, dont un précédent mouvement avait été dissout par la Cour suprême, arbore parfois, renforce encore les références à ces pages sombres de l’histoire européenne.

►Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes selon un sondage de sortie des urnes

A la mi-mai, l’hebdomadaire Tyzden, relayé par le Courrier international, indiquait que, selon les derniers sondages, le LSNS rassemble près de 14 % d’intentions de vote.

En République tchèque, seul pays où le scrutin est étalé sur deux jours, les bureaux de vote ont rouvert samedi à 08H00. Le mouvement populiste ANO du Premier ministre tchèque, le milliardaire Andrej Babis, part favori malgré une vague de protestations antigouvernementales. Inculpé pour fraude présumée aux subventions européennes, M. Babis, 64 ans, fait également l’objet d’une enquête de l’UE sur un possible conflit d’intérêt entre ses activités politiques et ses affaires. Toutefois, ANO remporterait les élections européennes avec plus de 25% des voix devant le parti de droite ODS et le Parti pirate (14% chacun), selon un sondage de l’institut Median auprès plus de 2.100 personnes.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. TransportEnergie-100

    Energie: les communes wallonnes veulent s’unir pour se défendre face à la Flandre

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite