Elections 2019: le futur gouvernement en Fédération Wallonie-Bruxelles aura l’avenir du Pacte d’excellence entre ses mains

© Le Soir/ Mathieu Golinvaux
© Le Soir/ Mathieu Golinvaux

Avec les élections de ce dimanche, et l’arrivée prochaine d’une nouvelle majorité en Fédération Wallonie-Bruxelles, c’est donc le tout premier passage de relais politique qui se profile pour le Pacte, ce qui bien sûr alimente quelques craintes quant à un éventuel changement de cap, voire un détricotage de l’édifice.

Certains acteurs redoutent particulièrement la possible arrivée du MR aux commandes, les réformateurs s’étant montrés particulièrement critiques ces derniers mois, tant envers la réforme du pilotage des écoles que l’allongement programmé du tronc commun jusqu’à la 3e secondaire, les deux grands piliers de la réforme.

En début de semaine, leur président Charles Michel a d’ailleurs confirmé que, si les libéraux étaient appelés à la table des prochaines négociations gouvernementales, ceux-ci demanderaient à «rouvrir le débat sur le contenu du tronc commun».

Pour autant qu’il ait envie de poursuivre fidèlement la mise en oeuvre du Pacte telle que tracée par ses auteurs, le futur gouvernement trouvera en tout cas à son arrivée une feuille de route bien chargée. Et le dossier politiquement le plus délicat pour le ou la futur.e ministre de l’Education sera sans doute la réforme de la filière qualifiante.

Le Pacte prévoit pour rappel de regrouper à l’avenir l’enseignement technique et professionnel dans une filière unique, appelée «enseignement qualifiant», et de ramener celle-ci sur trois années seulement vu l’allongement du tronc commun, contre quatre années aujourd’hui.

Si le décret réformant et allongement le tronc commun a été définitivement voté début mai, l’élaboration des différents référentiels nécessaires à son implémentation jusqu’en 3e secondaire a, elle, pris pas mal de retard, si bien que seul le référentiel pour le maternel est aujourd’hui bouclé.

Les autres devront donc encore être finalisés sous le prochain gouvernement.

Un autre chantier du Pacte qui reste grand ouvert est celui de la «gratuité» programmée de la scolarité.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

  2. 494162 (2)

    Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

  3. Recruteurs ONG | ECONOMIE

    Recruteur de dons en rue: un business loin du bénévolat

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite