Festival de Cannes: la Palme d’or revient à Bong Joon-ho pour «Parasite» (photos)

Festival de Cannes: la Palme d’or revient à Bong Joon-ho pour «Parasite» (photos)

La 72e édition du Festival de Cannes a dévoilé ce samedi 25 mai 2019 son palmarès, au terme d’une compétition de très bon niveau. Après douze jours de festival, le jury, présidé par le Mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu, a choisi parmi les 21 films en compétition celui qui succédera à « Une affaire de famille » du Japonais Hirokazu Kore-Eda, Palme d’or l’an dernier. La Palme d’or revient cette année au Sud-Coréen Bong Joon-ho pour « Parasite ».

Six autres prix ont été remis, dont les prix d’interprétation masculine et féminine. Les frères Dardenne ont notamment remporté le Prix de la mise en scène pour «Le Jeune Ahmed».

Le palmarès de la 72e édition du Festival de Cannes en images

Le palmarès dévoilé

• Le film grec « La distance entre nous et le ciel » de Vasilis Kekatos remporte la Palme d’or du court métrage.

• Le film belge « Nuestras Madres » de César Díaz remporte la Caméra d’or, qui récompense le meilleur premier film toutes sections confondues.

• Le film «Portrait de la jeune fille en feu» de Céline Sciamma reçoit le prix du Meilleur scénario.

• Mention spéciale du jury pour le Palestinien Elia Souleiman qui a réalisé « It must be heaven ».

• L’Anglo-Américaine Emily Beecham remporte le Prix d’inteprétation féminine, pour sa performance dans « Little Joe » de Jessica Hausner, dans lequel elle incarne une scientifique obsessionnelle et borderline.

• Les frères Dardenne remportent le Prix de la mise en scène pour «Le Jeune Ahmed». « Ce film est une ode à la vie », a déclaré sur scène Luc Dardenne, aux côtés de son frère Jean-Pierre. « Alors que le populisme identitaire et les crispations religieuses montent, nous avons souhaité filmer un appel à la vie, ce qui est aussi la vocation du cinéma. »

• Le prix du jury est un prix ex-aequo : « Les Misérables » de Ladj Ly et « Bacurau » de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles sont les lauréats.

• L’Espagnol Antonio Banderas remporte le prix d’interprétation masculine avec «Douleur et gloire» d’Almodovar.

• La coproduction belge « Atlantique » de la réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop remporte le Grand Prix.

Revivez le direct :

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite