Festival de Cannes: plusieurs films belges récompensés (photos)

© EPA
© EPA

Au terme de 12 jours de compétition au Festival de Cannes 2019, la Palme d’or a été remise au réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho pour son film « Parasite ». Plusieurs films belges ont également été récompensés durant la traditionnelle cérémonie de clôture du festival. Les frères Dardenne avec « Le jeune Ahmed » ne sont pas repartis les mains vides.

Le palmarès de la 72e édition du Festival de Cannes en images

« Le jeune Ahmed » des frères Dardenne

Les frères Dardenne ont remporté le Prix de la mise en scène pour « Le Jeune Ahmed ». « Ce film est une ode à la vie », a déclaré sur scène Luc Dardenne, aux côtés de son frère Jean-Pierre. « Alors que le populisme identitaire et les crispations religieuses montent, nous avons souhaité filmer un appel à la vie, ce qui est aussi la vocation du cinéma. »

Avec « Le Jeune Ahmed », sorti en salles mercredi, les Dardenne posent leur regard sur l’islam radical, à travers le parcours d’Ahmed, un préadolescent endoctriné par un imam fondamentaliste.

L’envers du décor d’un film des Dardenne à Cannes

La Caméra d’or pour « Nuestras Madres » de César Díaz

« Nuestras Madres » de César Díaz, film belge francophone en espagnol, a remporté la Caméra d’or qui récompense le meilleur premier film toutes sections confondues. Le long métrage avait déjà remporté mercredi le Prix SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) à la Semaine de la Critique, section parallèle du Festival consacrée aux cinéastes débutants.

Premier long métrage de fiction de César Diaz produit par Need Productions, « Nuestras Madres » évoque le parcours d’un personnage en quête de ses origines, alors que le Guatemala juge au même moment des militaires à l’origine d’une guerre civile qui a fait des centaines de milliers de morts durant des décennies.

Le Grand Prix attribué à la coproduction belge « Atlantique » de Mati Diop

La coproduction belge « Atlantique » de la réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop a remporté le Grand Prix lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes. Fille du musicien Wasis Diop et nièce du cinéaste Djibril Diop Mambéty, Mati Diop s’offre avec « Atlantique » son premier long métrage, qui délivre un récit loin des clichés sur l’immigration clandestine.

Découvrez tout le palmarès

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La méthode d’estimation de la Commission est remise en cause.

    Budget: et si l’Italie n’était pas hors-la-loi?

  2. «
Mais je pense qu’on sort de certains livres différents de ce qu’on était en y entrant.
»

    Boris Cyrulnik au «Soir»: «Rien n’est plus vrai que la fiction»

  3. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite