Les frères Dardenne récompensés à Cannes avec «Le jeune Ahmed»: «Ce film est une ode à la vie» (photos)

Les frères Dardenne de retour sur la Croisette © AFP
Les frères Dardenne de retour sur la Croisette © AFP

Les frères Dardenne ont remporté, samedi soir lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes, le Prix de la mise en scène pour « Le Jeune Ahmed ». Le cinéma belge francophone s’est distingué à plusieurs reprises lors de la cérémonie de clôture du 72e Festival de Cannes.

Festival de Cannes : la Palme d’or revient à Bong Joon-ho pour « Parasite » (photos)

« Ce film est une ode à la vie », a déclaré sur scène Luc Dardenne, aux côtés de son frère Jean-Pierre. « Alors que le populisme identitaire et les crispations religieuses montent, nous avons souhaité filmer un appel à la vie, ce qui est aussi la vocation du cinéma. »

Le palmarès de la 72e édition du Festival de Cannes en images

« Très heureux »

« C’est un prix que nous n’avions jamais eu et nous en rêvions un peu », a poursuivi Luc Dardenne en conférence de presse à l’issue de la cérémonie. « On est très heureux d’avoir ce prix. L’acteur principal, on lui doit beaucoup. Beaucoup à son apparence et à son sens du rythme inné. »

« Comme disait Truffaut, on ne dirige pas un enfant (…) mais il nous a beaucoup surpris. C’était formidable qu’il soit tout le temps dans le juste », a renchéri Jean-Pierre Dardenne.

Découvrez tout le palmarès

Leur regard sur l’islam radical

Avec « Le Jeune Ahmed », sorti en salles mercredi, les Dardenne posent leur regard sur l’islam radical, à travers le parcours d’Ahmed, un préadolescent endoctriné par un imam fondamentaliste.

Le duo, habitué de la Croisette, a présenté neuf films à Cannes depuis 1996, le premier à la Quinzaine des réalisateurs et les huit autres en compétition, notamment « Le Silence de Lorna » (2008), « Le Gamin au vélo » (2011), « Deux jours, une nuit » (2014) ou plus récemment « La Fille inconnue » (2016). Mais aussi « Rosetta » en 1999 et « L’Enfant » en 2005, qui lui ont valu des Palmes d’or.

Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. TransportEnergie-100

    Energie: les communes wallonnes veulent s’unir pour se défendre face à la Flandre

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite