Accueil Opinions

Jozef De Kesel: «Il faut un Vatican II de l’islam»

« Privatiser la religion revient à créer un vide dangereux. L’homme est religieux, j’en suis convaincu », affirme avec force le nouvel archevêque Jozef De Kesel.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 9 min

Vendredi prochain, à Flagey, le nouvel archevêque de Malines Bruxelles fera sa première apparition publique. Quelle est « la place de la religion dans la cité » pour le nouveau chef de l’Eglise catholique belge ? Une affaire privée dont les signes doivent être bannis de l’espace public ? Alors que le monde politique belge relance l’inscription de la laïcité dans la Constitution, suite à certaines manifestations de l’islam, Jozef De Kesel confrontera le 29 janvier ses vues avec le représentant de la laïcité francophone. Ce sera frontal car pour l’archevêque, c’est une évidence : «  Privatiser la religion revient à créer un vide dangereux. » Lorsque nous le rencontrons, il est un peu nerveux, échaudé par sa première sortie médiatique. Lui qu’on disait « prudent » et dont on prédisait qu’il ne ferait pas de vagues, il a créé la polémique, dix jours à peine après son entrée en fonction, par ses propos sur l’euthanasie. Surpris par l’emballement médiatique ? « 

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs